Les expositions qui ont marqué l’année

11 décembre 2018

blogue-11

 

Déambuler dans les musées est probablement l’une de nos activités favorites. Ces sept expositions présentées en 2018 ont rendu nos visites encore plus exceptionnelles.

 

D’Afrique aux Amériques : Picasso en face-à-face, d’hier à aujourd’hui

Du 12 mai au 16 septembre, le Musée des beaux-arts de Montréal a présenté cette fascinante exposition s’intéressant à l’évolution du regard porté sur les arts d’Afrique, d’Océanie et des Amériques, de la fin du 19e siècle à nos jours. Le point d’ancrage de l’expo était le peintre Pablo Picasso, qui, l’a-t-on appris, entretenait une relation très étroite avec ces arts. Au fil du parcours, des œuvres d’artistes contemporains de descendance africaine sont venues se greffer au tout, créant ainsi un portrait actuel et complet.

 

Balenciaga, maître de la haute couture

Robe de soirée en taffetas de soie (1955)

Du 15 juin au 14 octobre, le Musée McCord a présenté en exclusivité nord-américaine une rétrospective de l’œuvre de Cristóbal Balenciaga, l’un des plus grands couturiers du 19e siècle, dont l’influence se fait encore sentir dans la mode d’aujourd’hui. Près de 80 robes du créateur, provenant de la collection du Victoria and Albert Museum de Londres, ont été dévoilées à un public émerveillé. L’exposition comprenait aussi des croquis, des photographies, des échantillons de tissus et des films démontrant les ingénieuses techniques de fabrication du couturier.

 

Marcel Barbeau – En mouvement

Rétine optimiste ou Salute (1964)

Depuis le 11 octobre dernier, le Musée national des beaux-arts du Québec rend hommage à l’un des monuments de l’art contemporain québécois, Marcel Barbeau. Recensant la carrière et l’œuvre du peintre-sculpteur de la fin des années 1940 à 2013 – année de sa dernière production –, l’exposition est la plus importante à lui avoir été consacrée. On y découvre avec grand plaisir les dessins, les peintures, les collages et les sculptures de Barbeau, qui ne s’est jamais limité à une seule forme d’expression. Bonne nouvelle pour les retardataires : vous avez encore la chance de voir l’expo jusqu’au 6 janvier.

 

Rafael Lozano-Hemmer : présence instable

Intersection articulée. Architecture relationnelle 18 (2011)

Du 24 mai au 9 septembre, le Musée d’art contemporain de Montréal (MAC) a souligné la carrière féconde de l’artiste multimédia Rafael Lozano-Hemmer. L’ancien scientifique – il a d’abord été chimiste moléculaire – est aujourd’hui connu pour ses installations interactives qui joignent les technologies émergentes à l’architecture. Il ne s’agit pas de la première collaboration entre l’artiste canadien d’origine mexicaine et le MAC. En 2011, il avait créé l’œuvre de performance lumineuse Intersection articulée. Architecture relationnelle 18 exposée sur la place des Festivals durant la Triennale québécoise et avait présenté, en 2014, l’installation Pulse Room.

 

Alberto Giacometti

Du 8 février au 13 mai, le Musée national des beaux-arts du Québec a tenu la toute première exposition organisée sur le continent américain depuis plus de 15 ans par la Fondation Alberto et Annette Giacometti. La rétrospective exhaustive a couvert les 50 ans de carrière du peintre et sculpteur suisse, de ses débuts dans les années 1920 à sa consécration dans les années 1960. Les visiteurs ont pu admirer près de 110 sculptures – dont les incontournables Homme qui marche, Boule suspendue et Homme qui pointe – et une cinquantaine de peintures et de plâtres originaux, dont la plupart n’avaient encore jamais été exposés.

 

Alexander Calder : un inventeur radical

Trois disques (1967)

Depuis le 21 septembre dernier, le Musée des beaux-arts de Montréal rend hommage à Alexander Calder dans cette première grande rétrospective canadienne du sculpteur et peintre américain. L’expo présente plus de 150 œuvres créées par l’artiste durant sa prolifique carrière de 50 ans. Bien qu’il soit surtout connu pour son invention du mobile, Calder a aussi fait dans le dessin, la peinture, le design et la sculpture, comme le témoigne fièrement l’iconique Trois disques située au parc Jean-Drapeau, créée à l’occasion d’Expo 67. Avis aux intéressés : l’exposition se poursuit jusqu’au 24 février.

 

Shalom Montréal – Histoires et contributions de la communauté juive

Du 3 mai au 11 novembre, le Musée McCord soulignait dans cette exposition le rôle considérable qu’a joué la communauté juive dans l’évolution et l’épanouissement de Montréal au 20e siècle. À travers un parcours captivant parsemé de témoignages, de photographies et de vidéos, les visiteurs ont pu en apprendre plus sur d’importantes réalisations de cette communauté dans les domaines de l’architecture, des sciences, des droits de la personne, de la santé, des arts et de la culture, entre autres.

 

***

Et vous, quelle exposition vous a le plus marqué en 2018?

 

Pour découvrir ce qui s’est passé dans le domaine culturel au cours de la dernière année, consultez notre rétrospective culturelle chaque jour jusqu’au 26 décembre.