Les multiples visages de Faire œuvre utile

26 octobre 2018

 

À défaut de pouvoir changer le monde, l’art peut littéralement changer des vies. Animée par la journaliste culturelle Émilie Perreault, la série documentaire Faire œuvre utile va à la rencontre d’individus dont l’existence a été transformée par une œuvre artistique. Chaque semaine, le blogue ICI ARTV vous rappelle les histoires inspirantes de la série et vous partage des photos exclusives des protagonistes prises par le photographe Alexandre Champagne.

 

Épisode du 14 décembre

Émilie, Catherine-Anne et Maxime

Avec sa pièce de théâtre La Meute, Catherine-Anne Toupin savait qu’elle ébranlerait les spectateurs. Nous avons ici provoqué le destin en invitant Maxime, un ex-skinhead néo-nazi à voir l’oeuvre présentée à la Licorne. Quand la réalité rencontre la fiction, les discussions ne peuvent qu’être enrichissantes. – Le pianiste Jean-Michel Blais a compris qu’il pouvait être aussi utile aux autres en étant pianiste que dans sa carrière précédente d’éducateur spécialisé. Quand la mère de sa bonne amie Renée-Anne a succombé à son cancer, il a spontanément composée la pièce Roses, une oeuvre instrumentale qui n’a pas besoin de mots pour faire comprendre toute la charge émotive qu’elle véhicule.

 

Épisode du 7 décembre

La série La Vie La vie a marqué bien des gens. Pour Geneviève, c’est un puits de citations qu’elle note dans ses cahiers depuis des années. Quand elle et son conjoint ont choisi de se marier après 13 ans de vie commune et 2 enfants, c’est le texte final de la série qui a accompagné la cérémonie. – Avec son monologue Mon frère, Martin Matte a pris le pari de transformer une épreuve bouleversante pour en faire un numéro d’humour qui conscientise les gens à la cause des traumatisés crâniens. Quand Madame Véronique a présenté ce monologue dans sa classe de sixième année, elle était loin de se douter que ses élèves seraient autant touchés.

 

Épisode du 30 novembre

Quand Sylvie-Claude a reçu son diagnostic de cancer du sein à 32 ans, un désir de vivre chaque moment intensément s’est emparé d’elle. La chanson Météore d’Alfa Rococo est devenu son hymne à la vie. – On utilise souvent l’expression mourir de rire, mais pour Émilie Villeneuve, c’est plutôt le contraire qui s’est produit. Lors de son premier accouchement, alors qu’elle était au bout de ses contractions, elle s’est souvenue d’une phrase de l’humoriste André Sauvé qui la faisait toujours rire. Plus détendue, elle a donné la vie à son fils quelques minutes plus tard, sans péridurale. Oui, on peut naître de rire!

 

Épisode du 23 novembre

Avec son roman NaufrageBiz savait qu’il allait jouer dans les émotions fortes de ses lecteurs en les mettant dans la peau d’un papa qui oublie mortellement son enfant dans sa voiture. Il était toutefois loin de se douter que ses mots allaient faire du bien à un homme dont le destin allait s’assombrir de cette façon quelques mois après la parution du livre. Pour Louis-Philippe, la fin de l’histoire est cependant d’une résilience que peu d’auteurs de fiction aurait pu imaginer. Père d’un enfant autiste, Maxime a vécu des moments difficiles. Quand il sentait que rien n’allait, il s’isolait pour écouter des capsules des albums du peuple pour décrocher de son quotidien parfois lourd.

 

Épisode du 16 novembre

Jeune femme d’origine irakienne, Hoda se reconnaît dans l’humour de Mariana Mazza. Elle y puise même une grande inspiration pour passer à travers des moments difficiles. En refusant un mariage dans son pays d’origine, Hoda a choisi d’être une femme libre et forte. – « Même les plus beaux plumages, peuvent être une cage. » Ces paroles de la chanson Les Hirondelles de l’auteur-compositeur des Cowboys Fringants Jean-François Pauzé ont été révélatrices pour Pascal Adam. Tellement qu’il a fini par quitter un emploi qu’il n’aimait pas. 

 

Épisode du 9 novembre

Le 9 août 2016, un camion-citerne explose accidentellement sur l’autoroute Métropolitaine. À son bord, Gilbert Prince, un homme de 59 ans perd la vie, laissant un vide immense pour sa femme et leurs quatre enfants. Une chanson interprétée par Fred Pellerin viendra mettre un baume sur la peine de sa veuve, Danielle. Pour leur fille aînée, Suzanne, c’est une paire de billets pour la pièce 887 de Robert Lepage qui aura un rôle crucial dans son deuil.

 

Épisode du 2 novembre

©Alexandre Champagne

«L’empathie, c’est mon outil de travail» déclare Patrice Michaud. C’est ce qui a inspiré sa touchante chanson La saison des pluies. Diane a découvert cette oeuvre en allant voir son spectacle, deux mois après le décès subit de sa fille Véronique, dont Patrice était le chanteur préféré. – L’auteure Kim Thúy est intimement liée à une histoire d’amour impossible à travers son roman Mãn. Pour Hélène, ce livre est devenu le moteur de grandes décisions amoureuses.

 

Épisode du 26 octobre

©Alexandre Champagne

Après l’assassinat de son conjoint, Annick cherche à donner du sens à cet événement injuste et tragique. Le peintre Marc Séguin va lui fournir matière à réflexion dans un tableau puissant où la vie et la mort s’entrecroisent. –  Martin, très proche de sa grand-mère Yoyo qui souffre d’Alzheimer, redoute le moment où elle ne se souviendra plus de lui. C’est une chanson d’Ingrid St-Pierre, Ficelles, qui viendra nommer tous les sentiments qui l’habitent.

 

ICI ARTV (331 billets)

L'équipe éditoriale d'ARTV rédige des billets liés à la programmation de la chaîne, mais également des billets à plusieurs mains, sur différents sujets.

Vos commentaires

  1. Quelle belle émission ! Ça apporte un baume sur le coeur avec tout ce que l’on voit de difficile dans les médias. Et quelle idée géniale et originale de lier l’art avec des moments particuliers vécus par des personnes qui en font le partage. Je souligne en particulier l’émission du 9 nov. avec la mère Danielle et la fille Suzanne partageant leurs points de vue sur le même incident, la mort du mari et du père dans des circonstances tragiques.

    Normalement, j’écoute cette émission au moment de sa diffusion. Ce soir-là, n’étant pas disponible, je l’ai donc enregistrée. Et quelle belle coïncidence, car le fait de l’avoir enregistrée m’a permise de la regarder plus d’une fois. En fait, j’ai été tellement touchée par cette émission, que je l’ai écoutée à 4 reprises, en rafale, et j’ai gardé l’enregistrement pour pouvoir la visionner encore. Merci! Merci! pour cette magnifique émission!

    Commentaire de Line Parent
  2. Un mot pour Émilie de : Faire œuvre utile

    Bonjour ma belle,
    Je m’appelle Louise, je suis la mère des deux enfants, Mathieu et Annie. Nous avons vécu le drame du cancer avec mon Mathieu, c’étaito un cancer nommé ostéosarcome. Mathieu avait 15 ans au début de sa maladie et il en est décédé à l’aube de ses 21 ans, c’était en juillet 1999.
    Inutile de décrire la douleur éprouvée lors de son départ.
    Quelques années ont passé, la douleur un petit peu moins présente.
    Un jour d’été, alors que nous étions sur la route de retour de vacances aux îles de la Madeleine, dans la famille, on allume la radio et j’entends pour la première fois la chanson « La tête haute » des Cowboys fringants. Mon cœur s’arrête à l’écoute de ce texte qui représente tellement Mathieu que j’ai l’impression que les membres du groupe on du entendre parler de l’histoire de Mathieu. Son combat, son acharnement, son courage et finalement sa résilience.
    Encore aujourd’hui, plusieurs années plus tard, il m’est presque impossible de ne pas avoir la larme à l’œil en écoutant cette chanson.
    Je suis secrètement reconnaissante à ce groupe de savoir si bien écrire les textes de leurs chansons….quand je m’ennuie trop de mon fils, je m’enveloppe de cette chanson « La tête haute », chacune des paroles, le doc est passé et c’était ses dernières bougies d’anniversaire, il a dû descendre la côte et nous quitter mais avec la tête haute.
    Voilà j’avais besoin de partager avec vous, merci.

    Louise Léger

    Commentaire de Louise Léger

Laisser un commentaire

(requis)