La créativité selon Marlone

4 septembre 2018


©StoriesMTL

Marlone, c’est l’histoire d’un véritable coup de foudre professionnel et amical entre Céline Leboissetier et Mélody Magot Parratte. L’une travaillait dans la mode et l’autre, dans le design graphique. Marlone est la contraction du prénom des deux créatrices et de leurs filles. Découvrez ce duo inspirant qui met de l’avant le médium de l’illustration dans ses collections en édition limitée.

 

Parlez-moi d’un souvenir de jeunesse qui a pu avoir une influence sur votre choix d’œuvrer dans le domaine des arts visuels.

Mélody : Suivre la voie artistique était un choix naturel, voire héréditaire. L’art et surtout la musique ont toujours tenu une place importante au sein de ma famille. J’ai donc tout naturellement fait mes études aux beaux-arts, et ça a été les meilleures années de ma vie d’étudiante! Je suis heureuse aujourd’hui de pouvoir exprimer ma passion à travers Marlone.

Céline : Pour ma part, je pense que c’est le jour où j’ai annoncé à mes parents que je me destinais aux métiers de la mode et que j’ai reçu en retour cette réponse maladroite, mais bienveillante : « Il n’y a pas d’avenir pour les artistes. » Il ne pouvait y avoir de meilleur prétexte pour une adolescente en quête d’affirmation que de persévérer sans relâche dans cette voie.

 

L’une des premières créations de Marlone a été cette magnifique série sur les parcs montréalais. Parlez-m’en.

Céline : Montréal est une grande source d’inspiration dans nos collections. Nous souhaitions célébrer, à notre manière, le 375e anniversaire de notre belle métropole. L’idée de faire une déclinaison d’affiches autour des parcs et des saisons nous a tout de suite plu, car il s’agit de deux facettes importantes de la ville. Été comme hiver, les parcs sont des lieux de passage, de rencontre, de loisir et de souvenir. Ils ont un caractère à la fois ordinaire – ils sont destinés à accueillir tous les publics de manière anonyme – et à la fois exceptionnel – il s’y passe toujours quelque chose. Il n’y a pas meilleure source d’inspiration!

 

AFFICHES_SITE_LAURIER2_2048x2048©Marlone

 

Parlez-moi de l’importance du médium de l’illustration pour Marlone.

Mélody : Je suis designer graphique de formation et de profession; l’illustration est naturellement au centre de notre projet. C’est un mode d’expression puissant, un moyen libre et ludique pour imager des idées ou faire passer des messages et émotions. Qui plus est, c’est pour Céline et moi l’outil idéal pour composer avec nos sensibilités à la fois distinctes et uniques sur un médium commun.

 

La musique vous a inspiré une collection de chandails de coton ouaté pour enfants aux textes punchés. Parlez-m’en.

Céline : Effectivement, faire une collection sur la musique nous tenait vraiment à c(h)œur (oui, nous aimons bien les jeux de mots). La musique a toujours été pour moi une source d’inspiration et de motivation quasi vitale. Je ne peux pas imaginer passer une journée sans elle. J’aime dénicher de nouveaux artistes, courir après les concerts, mais je suis aussi très fidèle à mes vieux classiques : la poésie provocatrice de Gainsbourg, le romantic beat de Tellier, le son plus expérimental de The Avalanches ou encore les bonnes vieilles pépites des compilations Shaolin Soul. Bref, je pourrais vous en parler des heures.

 

En vous associant tantôt à un boulanger tantôt à un café, vous créez des sacs en édition limitée qui se vendent comme des petits pains chauds. Parlez-moi du plaisir de créer ces pièces de collection.

Mélody : Nous aimons collaborer avec les entreprises dont l’univers et l’offre nous inspirent. Et particulièrement, nous avons une vraie attirance pour les beaux commerces indépendants. Ils sont de plus en plus nombreux à Montréal et façonnent l’identité créative de la ville. Nous aimons nous imprégner de leur design, de leur ambiance et de leur clientèle pour proposer des graphismes qui collent au mieux à leur identité. Nous avons été sollicitées pour des sacs à emplettes pour la Boulangerie Guillaume et le Café Pista, mais nous pouvons intervenir graphiquement sur bien d’autres supports!

 

Notre quotidien manque parfois cruellement de poésie. Pour y remédier, vous avez créé une collection d’objets inspirée de la poésie. Parlez-moi de cette collection.

Céline : C’est vrai qu’on manque de poésie, et d’autant plus pendant les mois d’hiver! Nous avons lancé cette collection pour la Saint-Valentin et avons réalisé pour l’occasion la vitrine de la boutique Boucle & Papier. Dans un monde ultra numérique, un peu de poésie et de contemplation ne font de mal à personne. Dans cette collection, nous tenions à retranscrire l’esthétique et l’émotion du langage poétique en image : la passion d’une étreinte amoureuse, la nostalgie d’un lieu évocateur ou encore la douceur d’une fleur délicate.

 

28278958_1569358473100382_6954141044156195452_n
©Marlone

 

Quels sont le contexte et l’atmosphère qui vous aident à trouver vos meilleures idées?

Mélody : Plus que des entrepreneuses autonomes, nous tenons à notre statut de travailleuses nomades. Il nous arrive de travailler depuis chez nous, bien évidemment, mais on peut facilement nous trouver dans des espaces de cotravail ou des cafés. Ces lieux sont parfaits pour sociabiliser tout en travaillant dans de beaux décors. On y rencontre les designers en vogue, les blogueurs influents, d’autres entrepreneurs inspirants, bref on y tâte le pouls de la ville.

 

Qu’est-ce qui fait encore rêver Marlone?

Mélody : Tellement de choses! Nous sommes des machines à idées. Ce qui nous manque souvent, ce sont le temps et les moyens pour les réaliser. Nous rêvons par exemple d’une collaboration avec une grande marque de mode telle que Frank And Oak, La Maison Simons, Sézane ou Kitsuné. Soyons folles!

 

  IG_ETE_piscine
©Marlone

 

Parlez-moi d’une œuvre d’un ou d’une artiste visuelle que vous affectionnez particulièrement.

Mélody : Nous serions incapables de ne citer qu’un seul artiste, nous en affectionnons tant, des plus classiques aux plus contemporains. De manière générale, nous cherchons à nous imprégner de tout ce qui nous entoure, sans filtre ni a priori. C’est cette grande curiosité qui fait aujourd’hui la personnalité de Marlone. Par contre, ce qui est vrai, c’est que je ne suis jamais aussi créative que lorsque je voyage. Les ambiances, les couleurs, les odeurs de certains lieux continuent de m’habiter après mon retour : les temples de Bagan, en Birmanie, le Gardens by the Bay à Singapour, l’Hôtel Amanjiwo à Borobudur, en Indonésie, ou encore la High Line à New York.

 

Une petite primeur sur les projets dans la tête de Marlone?

Céline : Des cahiers, une collection de t-shirts… et nous menons de front notre projet d’agence créative! En plus de nos collections, nous avons maintenant notre agence en identité de marque et accompagnons les entreprises pour les inspirer et les positionner, pour leur identité visuelle, leur design graphique et leur contenu rédactionnel.

 


©Marlone

Pour en savoir plus sur Marlone
Boutique en ligne
Agence en identité de marque
Instagram
Facebook

 

Patrick Dupuis (29 billets)

La nuit tombée, Patrick rêve qu’il habite une maison d’architecte signée Pierre Thibault quelque part entre Montréal, Tokyo et Frelighsburg. Il s’imagine partager un thé Darjeeling en discutant avec le réalisateur Wes Anderson, le designer Jony Ive, le photographe Anton Corbijn et l’ex-étoile du tennis Andre Agassi. D’ici à ce que le marchand de rêves lui livre toute la marchandise, il est designer graphique, motion designer et concepteur-réalisateur pour ICI ARTV.

Laisser un commentaire

(requis)