Frank Sinatra : voix immortelle

14 mai 2018

sinatraweb©Ted-Allan_Capitol-Archives

© Ted-Allan/Capitol-Archives

 

Il y a 20 ans, le 14 mai 1998, trépassait à 82 ans la « voix de l’Amérique », Frank Sinatra.

Francis Albert Sinatra naît le 12 décembre 1915 de parents italiens à Hoboken, au New Jersey – ce qui lui vaudra plus tard le sobriquet de « gangster d’Hoboken ». En 1935, il assiste à un spectacle de son idole, Bing Crosby, et il a une révélation : il sera chanteur.

Au cours de sa foisonnante carrière échelonnée sur près de 60 ans, le crooner enregistre plus de 1000 chansons. Et on ne compte plus les films dans lesquels il a joué, dont certains sont passés à l’histoire.

Retour sur la prolifique carrière musicale de l’un des artistes les plus célèbres et influents du XXe siècle aux côtés des Beatles, Elvis Presley et autres Michael Jackson.

 

Années 1930

Frank-Sinatra-1939©gracieusete-de-FSE

En 1939, Sinatra enregistre son premier disque, From the Bottom of My Heart, avec le célèbre chef d’orchestre de jazz et trompettiste Harry James. © Gracieuseté de FSE

Avec son groupe Hoboken Four, Sinatra part pour la première fois en tournée aux États-Unis. C’est vers la fin la décennie qu’il enregistre ses premières chansons, dont l’un de ses premiers succès, All or Nothing at All, sous l’étiquette Columbia.

 

Années 1940

Frank-Sinatra-1946©gracieusete-de-FSE

En 1945, Sinatra chante et joue dans un court métrage visant à dénoncer l’antisémitisme, The House I Live In. © Gracieuseté de FSE

La carrière de Sinatra prend son envol à l’ère du swing, alors que les orchestres de jazz définissent et dominent la culture pop. Il coécrit en 1941 sa première chanson, This Love of Mine. Au début de la décennie, il s’élève au niveau de coqueluche de la chanson, devenant un phénomène national. Il signe un contrat à long terme à de 1,5 million de dollars avec la société de production cinématographique Metro-Goldwyn-Mayer. L’année 1946 est la plus fructueuse de toute sa carrière : il enregistre 57 titres, dont That Old Black Magic et They Say It’s Wonderful.

 

Années 1950

Frank-Sinatra-1951©gracieusete-de-FSE

Sinatra se produit pour la première fois à Las Vegas, au Desert Inn, en 1951. © Gracieuseté de FSE

Sinatra livre sa première prestation à Las Vegas en 1951 et signe, en 1953, un contrat avec Capitol Records. Pendant la seconde moitié de la décennie, les albums se succèdent : Songs for Young Lovers en 1955, sur lequel figurent les classiques I Get a Kick Out of YouA Foggy Day, My Funny Valentine et They Can’t Take That Away from Me, puis Tone Poems in Color en 1956 et Come Dance With Me! en 1959.

 

Années 1960

Frank-Sinatra-1960©gracieusete-de-FSE

The Rat Pack, groupe formé de Frank Sinatra, Joey Bishop, Sammy Davis Jr., Dean Martin et Peter Lawford. © Gracieuseté de FSE

The Rat Pack, groupe que forme Sinatra avec Joey Bishop, Sammy Davis Jr., Dean Martin et Peter Lawford – certaines des plus grandes vedettes de l’époque –, amorce en 1960 un séjour légendaire à l’hôtel Sands de Las Vegas. Des stars de la trempe de Shirley MacLaine, Lauren Bacall et Judy Garland se joignent parfois au boys’ club. L’année suivante, Sinatra sort l’album Come Swing With Me! et fonde sa propre maison de disques, Reprise Records. Le 30 décembre 1968, il enregistre son indétrônable succès My Way, adaptation anglaise de la chanson Comme d’habitude de l’icône française Claude François.

 

Années 1970

Frank-Sinatra-1979©gracieusete-de-FSE

Le jour de ses 64 ans, le 12 décembre 1979, Sinatra célèbre ses 40 ans de carrière en grande pompe au Caesars Palace de Las Vegas. © Gracieuseté de FSE

En 1971, il annonce sa retraite… qui ne dure pas, bien sûr. Son disque Ol’ Blue Eyes Is Back paraît en 1973, pour le plaisir. Il goûte de nouveau à la gloire en réinterprétant l’immortelle pièce New York, New York, chantée à l’origine par Liza Minnelli sur la trame sonore du film éponyme de Martin Scorsese.

 

Années 1980

Frank-Sinatra-1982©gracieusete-de-FSE

La prestation de Sinatra en République dominicaine, en 1982, sera est diffusée à la télévision américaine. © Gracieuseté de FSE

En 1980, Sinatra attire une foule de 175 000 spectateurs au stade Macaranã de Rio de Janeiro –  un record inscrit au Livre Guinness des records. Produit par Quincy Jones, l’ultime album solo de Sinatra, L.A. Is My Lady, sort en 1984 et ravit la critique.

 

Années 1990

Frank-Sinatra-Duets-II

En 1993, le crooner fait paraître un premier album en 10 ans, Duets, suivi de Duets II l’année suivante, sur lesquels il marie sa voix à celle d’artistes allant du swing au rock, dont Stevie Wonder, Gladys Knight, Lena Horne, Neil Diamond et Bono de U2.

Et oui, Sinatra a enregistré des albums de Noël :  A Jolly Christmas from Frank Sinatra en 1957 et The 12 Songs of Christmas en 1964 avec Bing Crosby et Fred Waring.

A-Jolly-Christmas-from-Frank-Sinatra

 

Quelques mots sur Sinatra, l’acteur

Frank-Sinatra_From-Here-to-Eternity©gracieusete-de-FSE

Sinatra remporte un Oscar pour son interprétation dans le film From Here to Eternity de Fred Zinnemann, en 1954. © Gracieuseté de FSE

Non seulement le crooner brille sur disque et sur scène, mais il s’illustre également devant la caméra, son talent de comédien étant maintes fois primé. Il tourne sous la direction de cinéastes de l’âge d’or hollywoodien et donne la réplique à des icônes du cinéma, telles que Gene Kelly, Grace Kelly et Steve McQueen.

Il remporte en 1954 l’Oscar du meilleur acteur de soutien pour le drame From Here tTo Eternity de Fred Zinnemann, dans lequel il incarne un soldat américain basé à Hawaï peu avant l’attaque de Pearl Harbor, et gagne le Golden Globe du Meilleur acteur dans une comédie ou comédie musicale en 1957 pour Pal Joey de George Sidney. Son rôle dans The Man with a Golden Arm d’Otto Preminger en 1956 lui vaut quant à lui une nomination à l’Oscar du Meilleur acteur. Finalement, les American Cinema Awards honorent son apport au 7e art en lui décernant en 1992 un prix pour l’ensemble de ses réalisations.

 

Frank-Sinatra_Take-Me-Out-to-the-Ball-Game©gracieusete-de-FSE

Frank Sinatra et Gene Kelly dans le film Take Me Out to the Ball Game de Busby Berkeley, en 1948. © Gracieuseté de FSE

 

Ses prix musicaux

1941 Artiste masculin de l’année Billboard

1959 Album de l’année (Come Dance With Me!), meilleure prestation vocale masculine et prix spécial Artists & Repertoire Contribution aux prix Grammy

Frank-Sinatra-Come-Dance-With-Me

1966 Album de l’année (September of My Years), meilleure prestation vocale masculine (It Was a Very Good Year) et prix pour l’ensemble de ses réalisations aux prix Grammy

1967 Album de l’année (A Man and His Music), chanson de l’année et meilleure prestation vocale masculine (Strangers in the Night) aux prix Grammy

1994 Prix Grammy Legend Award

Frank Sinatra reçoit son prix aux Grammy.

1971 Prix Jean Hersholt Humanitarian Award de l’Academy of Motion Picture Arts and Sciences

1973 Entertainer of the Century selon les Songwriters of America

1982 Intronisation au Broadcasters Hall of Fame, panthéon de la National Association of Broadcasters

1987 Prix pour l’ensemble de ses réalisations de la National Association for the Advancement of Colored People

1990 Prix Ella pour l’ensemble de ses réalisations de la Society of Singers

Frank-Sinatra-My-Way©gracieusete-de-FSE

 

P.S. : Je dédie ce billet à ma défunte grand-maman Lise, que Sinatra a accompagnée en chanson jusqu’à son dernier souffle.

 

Et vous, quelle est votre chanson favorite de Frank Sinatra?

Caroline Bertrand (14 billets)

Musique, cinéma, littérature, télé, théâtre : elle carbure à la culture. Rien de mieux que le journalisme artistique pour faire rayonner les œuvres des artistes. Quand elle n’est pas en train de regarder film ou série ou d’écouter en boucle des albums, elle court ou se déchaîne au spinning.

Laisser un commentaire

(requis)