Collection d’art en 2017: l’année de tous les records

11 décembre 2017

Une oeuvre retrouvée de Léonard de Vinci vendue à un prix record à un prince saoudien pour contribuer au nouveau Louvre à Abu Dhabi: quand la réalité dépasse les prémisses de Dan Brown. 

Back to The Future

Le Pharma bro Martin Shkreli avait capté l’imaginaire en achetant l’unique copie du nouvel album du Wu Tang Clan à 1 million de dollars, affirmant même en entrevue qu’il pourrait très bien détruire le cd.

Album

De la petite bière.

Salman préfère Novembre

Le 15 novembre 2017, la firme d’enchères Christie’s a vendu un tableau nouvellement certifié De Vinci, Salvator Mundi, pour la somme record de 400 millions de dollars. Alors que l’acheteur gardait initialement son anonymat, on a finalement pu identifier son acheteur : le prince saoudien Mohammed bin Salman. Un néophyte en matière de collection d’art qui a décidément fait une entrée fracassante dans le milieu des collectionneurs. Il est un des architectes de la récente purge anticorruption qui a mené à l’emprisonnement de différentes figures royales dans le royaume le 4 novembre dernier.

Salvator Mundi

Selon l’artiste Vik Muniz, la peinture frappe l’imaginaire parce que le Christ, exceptionnellement démuni de halo, semble à la fois bienveillant et distant. Son pouce a également été retravaillé, rassurant les experts quant à l’authenticité de l’oeuvre.

Le record précédent pour l’achat d’une oeuvre d’art avait été établi en 2016, dans le cadre de ces mêmes enchères. Les femmes d’Alger de Picasso avaient trouvé preneur pour la somme de 175 millions de dollars. C’est un ancien ministre des Affaires étrangères qatari qui avait alors mis la main sur cette peinture.

Un marché en pleine forme

Cette année, la firme Christie’s a également mis en vente des peintures à des moindres sommes, soit entre 25 et 35 millions pour Saffron de Mark Rothko, ainsi que le Il duce de Basquiat, dont l’oeuvre Untitled, réalisée en 1982, a été vendue à 110,5 millions de dollars, le record de vente pour un artiste américain.

"Il duce" de Basquiat et "Saffron" de Rothko

Rothko n’est pas à plaindre: en 2014, Dmitry Ribolovlev achète son No.6 en récoltant une facture de 186 millions de dollars.

Les centres névralgiques évoluent

La vente record du tableau du Christ a contribué à l’inquiétude continue concernant l’impuissance relative des musées face aux immenses richesses privées qui peuvent se payer des oeuvres que des institutions à vocation éducative ne peuvent pas se permettre.

Cependant, un revirement de situation est survenu : l’acheteur anonyme s’étant transformé en prince saoudien avec le temps aurait finalement agi à titre d’intermédiaire pour le gouvernement saoudien, se procurant la peinture de Jésus pour le Musée du Louvre d’Abu Dhabi, inauguré le 8 novembre 2017. Il s’agit du premier musée universel du monde arabe.

Louvre Abu Dhabi

Donc, pour répondre à votre question: effectivement, nous vivons dans un roman de Dan Brown.

Joseph Elfassi (8 billets)

Joseph Elfassi est journaliste et auteur. Il travaille dans le milieu des médias depuis 2008, ayant touché à la télé, la radio, et l'écrit. Il manifeste un intérêt prononcé pour les tendances web, la littérature, le cinéma et les questions sociales et relationnelles.

Vos commentaires

  1. Bonjour M. Larouche,

    Merci d’avoir pris le temps de nous écrire et de nous avoir fait part de votre opinion.
    Nous vous invitons à consulter notre section Artistes à découvrir sur notre blogue qui met en lumière le travail d’artistes canadiens déjà connus ou qui méritent de l’être.
    http://blogue.artv.ca/tags/artiste-a-decouvrir/

    Bonne journée,

    Commentaire de ICI ARTV
  2. À quand des reportages de Radio-Canada sur les expositions en galeries, par des artistes vivants?
    Vos seuls reportages (comme celui-ci) ne parlent que de ventes records, d’œuvres vendues à des prix pharamineux. Vous ignorez complètement les artistes qui produisent des œuvres remarquables et tentent de gagner leur vie, mais vous n’en parlez jamais.
    Des artistes comme Nathalie Maranda, Kevin Sonmor, le regretté Tom Hopkins, ou encore Sophie Jodoin. Ce sont de grands artistes, don les œuvres sont collectionnées dans le monde entier. Et pourtant, ici, lls sont pratiquement inconnus du public.
    Votre couverture minimaliste des arts visuels répète sans cesse aux gens que les œuvres de qualité coûtent une fortune. Ce qui est faux. Les gens sont donc convaincus qu’ils ne peuvent se permettre un tableau de qualité et que si une œuvre est abordable, elle ne doit pas valoir la peine d’être achetée.
    Quand Radio-Canada fera-t-elle connaitre au public les artistes vivants d’ici?

Laisser un commentaire

(requis)