10 bandes dessinées d’ici qui nous ont charmés cette année

6 décembre 2017

blogue-6

On le répète chaque année : il se fait de l’excellente bande dessinée au Québec et au Canada. Est-ce que 2017 fait exception à la règle? Bien sûr que non!

*Pour être considérée comme une bande dessinée d’ici, la BD devait être publiée par une maison d’édition canadienne. La sélection de titres étrangers viendra plus tard dans le mois de décembre! 

Pour découvrir ce qui s’est passé dans le domaine culturel au cours de la dernière année, consultez notre rétrospective culturelle chaque jour jusqu’au 26 décembre.

couperet

Le couperet – Philippe Girard (Mécanique générale)

Les expressions mettant en vedette les membres du corps humain colorent notre langage. J’ai l’estomac dans les talons. Les deux bras m’en tombent. Je t’ai dans la peau. Le personnage principal de cette bande dessinée doit cependant faire attention en les utilisant, car elles prennent leur sens littéral sous sa parole. Un récit captivant et franchement surprenant. Philippe Girard frappe dans le mille avec cet album!

 

 

 

vogue

Vogue la valise, l’intégrale – Siris (La Pastèque)

En 2010, Siris publiait la première partie de Vogue la valise, dans lequel le lecteur faisait connaissance de son alter ego, la Poule. Il y offrait un témoignage sur son enfance avec un père alcoolique et son envoi en famille d’accueil. Sept ans plus tard, il livre la suite et fin de cette saga familiale à la fois troublante et captivante. Un récit autobiographique intense et sincèrement touchant, dépeint en 352 pages.

 

 

longs_cheveux_roux_couv_fitzgerald

Longs cheveux roux – Meags Fitzgerald (Pow Pow)

L’adolescence est une période de construction identitaire remplie de bouleversements et de questionnements. Dans ce récit autobiographique, Meags Fitzgerald revient sur ses premiers émois amoureux et la découverte de sa bisexualité. Un récit intime empreint d’une grande humanité qui s’intéresse à l’expression de la féminité et de son unicité. À offrir aux adolescentes de votre entourage!

 

 

moncoeur

Mon coeur pédale – Simon Boulerice et Émilie Leduc (La Pastèque)

Les Éditions de La Pastèque savent créer des duos extraordinaires. Les mots de Simon Boulerice atteignent de nouveaux sommets avec les illustrations pastel d’Émilie Leduc. Ensemble, ils offrent un trésor artistique doux et poétique. Cette bande dessinée dépeint l’été mémorable du jeune Simon passé avec sa tante favorite après une réconciliation familiale.

 

 

 

le-meilleur-a-ete

Le meilleur a été découvert loin d’ici – Mélodie Vachon Boucher (Mécanique Générale)

La vie nous envoie plusieurs épreuves. Qu’on le veuille ou non, on doit apprendre à les surmonter et à en tirer le meilleur. L’autrice de cette bande dessinée livre avec authenticité ses expériences et blessures, sa dépression et sa quête identitaire. Après Les trois carrés de chocolat (2016), Mélodie Vachon Boucher prouve avec ce dernier album qu’elle a définitivement trouvé sa voie – et sa voix – à travers la bande dessinée.

 

 

cancer-finit-bien

Une histoire de cancer qui finit bien – India Desjardins et Marianne Ferrer (La Pastèque)

«Je n’ai jamais perçu ce que je vivais comme un combat, puisque je n’avais aucune arme». Le cancer frappe aux portes de toutes les générations. Il y a quelques années, une jeune femme atteinte de leucémie a demandé à India Desjardins d’écrire une histoire de cancer rempli d’espoir et d’amour. Avec cette bande dessinée, l’autrice tient sa promesse et livre un récit (et surtout une fin) qui fait du bien. Le point fort de cet album se cache dans les illustrations à l’aquarelle de Marianne Ferrer qui ajoutent une profondeur et une grande poésie à l’histoire.

 

 

une longue canicule

Une longue canicule – Anne Villeneuve (Mécanique Générale)

Ce récit caniculaire marque la première incursion dans le milieu de la bande dessinée pour Anne Villeneuve. L’illustratrice et scénariste y dépeint le récit d’une jeune Madelinienne, récemment déménagée à Montréal afin de connaître l’effervescence de la grande ville. Un déracinement qui amènera son lot de bonnes et de mauvaises surprises! L’artiste vient de recevoir une demande d’adaptation cinématographique pour son album. On espère sincèrement que le projet se concrétisera!

 

 

julie-delporte

Moi aussi je voulais l’emporter – Julie Delporte (Pow Pow)

Le masculin l’emporte sur le féminin. On connaît tous cette règle de grammaire. Et si elle conditionnait non seulement notre écriture, mais aussi notre société? «Ça fait mal, les règles de grammaire», écrit Delporte dans son plus récent album où elle réfléchit à la réalité des femmes dans un monde contrôlé majoritairement par les hommes. Dans un monde où le sexe que l’on a détermine les opportunités qui s’offriront – ou pas – à nous. Une bande dessinée aux répliques et aux réflexions acérées qui nous force inlassablement à se poser d’importantes questions.

 

unquotable

The Unquotable Trump – Robert Sikoryak (Drawn & Quarterly)

L’arrivée de Trump au pouvoir a bouleversé la planète entière. Tout son être semble tout droit sorti d’un film… ou d’une bande dessinée! Comme ses propos sont dignes des répliques d’un vilain, l’auteur Robert Sikoryak s’est amusé à le transposer dans l’univers des comics américains. Un album immensément divertissant, mais complètement démoralisant à la fois. On lève aussi notre chapeau à l’auteur qui a réussi cette année à nous faire lire pour la première fois et en intégralité le formulaire de règlements de la société Apple avec son album Terms & Conditions

 

 

seabrook-cover-thumb

The Abominable Mr. Seabrook – Joe Ollmann (Drawn & Quarterly)

Il est toujours intéressant de découvrir des personnages historiques à travers la bande dessinée; cette dernière permettant d’ajouter des images aux propos racontés. La vie du journaliste William Seabrook prend ainsi encore plus d’ampleur sous les traits durs et foncés d’Ollmann. Ses voyages dans des tribus recluses du continent africain sont fascinants. Sa dépendance à l’alcool et ses lubies sexuelles sont troublantes. Un impressionnant album digne de cet homme haut en couleur.  

 

 

 

whitehorse2 Mention spéciale : Whitehorse, partie 2 – Samuel Cantin (Pow pow)

Enfin! ENFIN! Enfin! La suite de cette absurde saga amoureuse signée Samuel Cantin est arrivée depuis peu sur les tablettes des librairies. Certains diront que deux ans, ça passe plutôt rapidement, mais on avait tellement adoré la première partie qu’on souhaitait connaître le dénouement de cette histoire entre Henri et Laura au plus vite! On ne vous en dit pas plus pour ne pas gâcher votre plaisir, mais on se permet tout de même un conseil : c’est à lire absolument.

 

 

 

 

***

Et vous, quelle BD d’ici avez-vous feuilletée avec entrain cette année?

Rédigé par Alex Beausoleil

ICI ARTV (276 billets)

L'équipe éditoriale d'ARTV rédige des billets liés à la programmation de la chaîne, mais également des billets à plusieurs mains, sur différents sujets.

Vos commentaires

  1. Restez dans les parages…
    Dans les prochains jours, on parlera des meilleures bandes dessinées étrangères et notre petit doigt nous dit qu’elle risque de s’y retrouver 😉

    Commentaire de ICI ARTV
  2. «Comment je ne suis pas devenu Moine» Un coup de coeur pour moi cette année!

    Commentaire de Martin Morissette

Laisser un commentaire

(requis)