ARTISTE À DÉCOUVRIR : Marie Bergeron, illustratrice

1 novembre 2017

L’illustratrice Marie Bergeron s’inspire de toute la culture populaire pour créer. En entrevue, cette passionnée de cinéma et de jeux vidéos nous parle de la création d’affiches de cinéma, de l’univers du ComiCon et nous dévoile ses projets futurs.

b508a415062549.5628c87794692The Grand Hotel Budapest ©Marie Bergeron

Rappelez-vous d’un souvenir de jeunesse qui a inspiré votre choix de devenir illustratrice.

Très jeune et comme la plupart des enfants, j’adorais dessiner. C’était probablement mon passe-temps favori. J’avais cette fascination pour le personnage de Garfield dont je reproduisais très souvent. En vieillissant, j’avais encore ce plaisir de dessiner et je reprenais des références provenant souvent de livres, de films et de jeux vidéos. Toutefois, je n’avais aucune idée que nous pouvions en faire une carrière et cela restait tout simplement une partie de plaisir et une façon de voyager dans ce monde de la culture populaire que j’appréciais tant.

Décrivez votre style en quelques mots.

C’est très difficile pour moi de décrire mon style. Il est important pour moi que ce style évolue constamment, tout peut changer. Pour en faire une description courte, mes illustrations sont vintage et rétro basées principalement par la composition et la couleur. Elles sont réalisées de manière digitale, mais il est important pour moi que nous ne ressentions pas cette technique. J’aime laisser croire que celles-ci ont été réalisées à la main et de façon traditionnelle. 

IMG_1062 2
©Marie Bergeron
Parlez-moi de l’importance du cinéma et du jeu vidéo dans votre vie.

Je suis en amour avec le cinéma depuis longtemps. À l’âge de 12 ans, je collectionnais les films. À l’intérieur de quelques années, j’en avais une bibliothèque très impressionnante! En tant que créatrice, le cinéma est sans aucun doute l’une de mes grandes inspirations. Pour ce qui est du jeu vidéo, ce monde m’a envahi dès ma tendre enfance. À l’âge de 5 ans, mon frère me lançait une manette à l’instant qu’il recherchait un coéquipier de jeu. Ainsi, je suis tombé en amour avec ce monde qui fait encore partie de ma vie. Ces deux univers de la culture pop ont un grand impact sur mon inspiration et mes créations.

SW-finalStar Wars The Force Awakens ©Marie Bergeron
Logan, Interstellar, Star Wars, Blade Runner. Plusieurs de vos affiches sont des films de science-fiction. Êtes-vous une passionnée de science-fiction ? Quels sont vos genres de cinéma préférés ?
 
La science-fiction est un genre que j’adore. Il nous transporte non pas dans un univers irréel, mais plutôt dans un futur pas si lointain. Quand c’est bien réalisé, on y croit! C’est par contre le genre de l’horreur que j’apprécie le plus. L’horreur est souvent et subtilement le genre où l’humain revient à ces instincts premiers. Psychologiquement parlant, il s’agit d’une approche très intéressante. Pour ces deux genres, une atmosphère bien réussie fait toute la différence entre un excellent et mauvais film. C’est l’élément-clé du cinéma dont je recherche le plus souvent.
Dans votre portefolio se retrouvent des illustrations pour les films de Takeshi Kitano et pour les jeux vidéos Zelda et Pac Man. Est-ce que la culture japonaise fait partie de vos inspirations ?
Il y a quelque chose de très distingué et sophistiqué dans la culture japonaise que j’aime appliquer parfois à mes créations. Ce fût un honneur pour moi de créer une affiche pour le célèbre jeu Pac Mac. De plus, Zelda a définitivement une place très importante pour moi. Il s’agit d’un jeu splendide et innovateur. Un classique pour tout gamer! Il y a une magie dans cette série qui ne se retrouve dans aucun autre titre. Je suis par contre beaucoup plus proche de la culture américaine.
zeldaZelda ©Marie Bergeron
Décrivez-moi le contexte, l’ambiance, l’atmosphère qui vous permet de trouver vos meilleurs idées et d’être créatif?
Je travaille seule, j’ai besoin de cette bulle pour créer. Je suis facilement distraite, ainsi je préfère travailler dans un endroit familier tel que mon bureau. Parfois silencieux, parfois musical, mon atmosphère de création change selon le concept auquel que je dois attaquer. Tous les créateurs vous le diront : les meilleurs idées surgissent lorsque l’on s’y attend le moins. Être créatif veut dire être instinctif. Selon moi, trouver un concept demande beaucoup plus d’énergie et de réflexion que d’appliquer cette idée sur papier.
Certaines de vos affiches sont mis en vente au Comic Con à Montréal. Est-ce que ces rassemblements sont pour vous des incontournables ?
Absolument! Comic Con est un lieu où les geeks de ce monde se rassemblent et se comprennent. C’est également un moyen de rencontrer ceux qui chaque année me donnent leur appui. Je crois que ma présence y est importante, c’est avant tout un geste pour les remercier. Les rencontres qu’on y fait sont inoubliables et souvent très émotives  En travaillant seule quotidiennement, les pigistes doivent souvent se fier sur eux-mêmes. Les événements tels que Comic-Con permet de réaliser à quel point nous sommes apprécié et que tout ce travail accompli touche les gens. On n’apas l’impression de travailler dans le vide, nos efforts donnent des résultats, et c’est probablement l’aspect le plus motivant du travail.
strangersthingsStranger Things ©Marie Bergeron
Parlons du phénomène Stranger Things est de retour avec une deuxième saison. L’an dernier, tu en avais profité pour créer une affiche. Parle-moi de ce projet et de la réaction chez tes admirateurs. 
Je crois que nous sommes tous tombé en amour avec cette série nostalgique. Et je me devais de créer une affiche! C’est un peu ma façon d’exprimer mon appréciation envers un film, une série ou un jeu. L’idée m’est venue rapidement mais je me demandais comment j’allais m’y prendre pour illustrer ce qui trottait dans ma tête. Elle m’a pris un temps fou à créer, mais les efforts ont porté fruit. Les commentaires fûrent extrêmement positifs. Évidemment, je reçois ces jours-ci des demandes pour créer une affiche pour la deuxième saison. Ce retour de la part de mes admirateurs est toujours aussi flatteur et motivant.
J’adore ta série de personnages de Tim Burton conçu pour une exposition de jeunes créateurs dans une galerie à Los Angeles. Te rappelles-tu du sentiment qui t’habitait te sentant choisi parmi les jeunes créateurs de la relève? 
 
J’étais plutôt épater et je n’y croyais pas au début. C’était trop beau pour y croire. Pour moi, je n’avais aucunement ma place parmi ces jeunes créateurs. J’ai donc tout donné, je ne voulais voulais pas rater ma chance. Encore une fois, les efforts ont portés fruit. Chaque semaine encore aujourd’hui, on me parle de ces oeuvres.
tribute-burtonHommage à Tim Burton ©Marie Bergeron
En tant que créatrice, qu’est-ce qui vous inspire?
 
J’ai une liste interminable d’inspiration. Parmi les artistes, je pense à Olly Moss, Cleon Peterson, Sachin Teng, Banksy, Obey, etc. Aussi, je ne pourrais pas passer à côté du grand designer d’affiches Saul Bass. Il a su transposer ses idées sur affiche avec brio. La simplicité de celles-ci est remarquable. Simplifier un concept est probablement la chose la plus difficile dans le monde du design. Elle doit être comprise dans sa subtilité.
Quels sont tes réalisateurs et tes films-cultes?
 
Je crois que le plus grand maître du cinéma restera toujours Stanley Kubrick. Il avait une façon particulière et impressionnante de réaliser ses films, tous à mon avis, de grands classiques. J’ai également une grande admiration pour Denis Villeneuve. Il se rapproche énormément de Kubrick dans son genre. Je ne pourrais pas passer à côté de Quentin Tarantino également. Tarantino a un style bien à lui. Il réussit à coup sûr à reprendre de grands classiques avec une remarquable touche personnelle. Pour ma part, le plus grand film est définitivement The Shining. Puis Alien, Pulp Fiction, Apocalypse Now, American Beauty, Star Wars, The Godfather, Clockwork Orange et bien d’autres.
pulp fictionPulp Fiction ©Marie Bergeron
Il y a les affiches de films officielles, créées par les studios, plus normés, plus classiques et parfois ennuyeuses. Et ils existent les affiches «alternatives» au look plus audacieux, créés par des fans passionnés ou des illustrateurs professionnels. Parle-moi de ce fantastique univers de la création d’affiches ?
 
L’affiche est la première chose que les gens voit, avant même le film. C’est un élément crucial, c’est le médium qui révèle l’histoire en une seule image. Elle doit donc faire vivre des émotions aux spectateurs. Malheureusement, l’industrie du cinéma a banalisé l’affiche avec cette idée de devoir montrer les acteurs avant tout. En résumé, Hollywood a tué l’affiche selon moi. Depuis les années 90, c’est un art qui a perdu tout son charme et son importance. Mais depuis quelques années, on perçoit un retour prononcé de ce médium. De mon point de vue et de celui des artistes d’affiches alternatives, nous percevons notre travail comme une rebellion à la médiocrité. Une façon de démontrer que ce médium est toujours vivant, apprécié et restera toujours important aux yeux des spectateurs. C’est un moment historique pour l’affiche. Elle fait son grand retour et nous pouvons être fière d’en faire partie.
poster_-_forbidden_planet_03Forbidden Planet ©MGM Studios
Quelles sont les affiches de films que tu affectionnes particulièrement ou qui t’ont marqué ?
J’affectionne le style des vieilles affiches de films d’horreur et de science-fiction, ceux des années 50 et 60 précisément. Ce style dont on retrouve avec Forbidden Planet ou Creature of the Black Lagoon par exemple. J’adore le traitement de ceux-ci et surtout pour la composition et la typographie utilisées. Ce sont de magnifiques affiches qui sans aucun doute font partie de mes inspirations.
Quels projets sommeillent dans la tête de Marie Bergeron ?
 
Je commence à peine à respirer après la conclusion d’un long contrat avec Ubisoft. Et ce fut un grand plaisir et un honneur de faire partie de ce projet. J’ai bien hâte de le dévoiler à tous. Pour poursuivre ce plaisir, ce leader du jeu vidéo m’a engagé pour un second projet, différent mais tout aussi excitant. De plus, j’espère énormément de trouver du temps pour créer de nouvelles affiches personnelles dont une pour le film Blade Runner 2049. Il est important de garder contact avec ses fans, ce que j’ai négligé dans les derniers mois par manque de temps. L’année 2018 s’avère déjà très occupé pour moi, en particulier avec une invitation à participer à une exposition en solo à Los Angeles. Ma prochaine année sera donc concentrée sur ce grand et important moment de ma carrière.
photo-mb©Marie Bergeron

Pour en savoir plus sur Marie Bergeron
Site officiel
Behance
Instagram
Facebook

Patrick Dupuis (19 billets)

La nuit tombée, Patrick rêve qu’il habite une maison d’architecte signée Pierre Thibault quelque part entre Montréal, Tokyo et Frelighsburg. Il s’imagine partager un thé Darjeeling en discutant avec le réalisateur Wes Anderson, le designer Jony Ive, le photographe Anton Corbijn et l’ex-étoile du tennis Andre Agassi. D’ici à ce que le marchand de rêves lui livre toute la marchandise, il est designer graphique, motion designer et concepteur-réalisateur pour ICI ARTV.

Laisser un commentaire

(requis)