ARTISTE À DÉCOUVRIR : Francis Léveillée, illustrateur

30 novembre 2017

Ses illustrations font partie du quotidien des lecteurs de La Presse depuis de nombreuses années. Son style artistique, il le décrit en un seul mot : croche. En entrevue, l’illustrateur Francis Léveillée nous parle de son trait de crayon singulier, de ses inspirations et de ses rêves de vertige.


Bagel et poutine
Image de gauche: Poutine ©Paperole  //  Image de droite: Bagel ©Paperole

Rappelez-vous d’un souvenir de jeunesse qui a eu un impact sur votre choix de devenir illustrateur.

J’ai toujours beaucoup aimé dessiner. Mon père me dessinait des tracteurs, des voitures et nous bricolait des costumes d’Halloween en papier mâché. Le dessin a toujours fait partie de ma vie.

Vos oeuvres sont punchées, colorées et pleines de textures. Décrivez-nous votre façon de travailler et vos outils de création.

Je dessine au crayon et au feutre. J’utilise souvent du papier calque pour retracer des choses ou des positions plus difficiles. Ensuite, je numérise les croquis et je construis mes images dans Photoshop. Toute la coloration, les taches et autres textures sont assemblées comme un collage à l’aide de l’ordinateur. J’affectionne particulièrement travailler avec les vieilles gravures. J’en intègre donc souvent dans mes illustrations. Avec les années, je me suis bâti une belle banque de taches, de textures et de gravures que j’utilise au besoin.

motoLive Free or Die ©Francis Léveillée

Quelle atmosphère de travail vous permet d’être créatif?

Peu m’importe! Je n’ai besoin que d’un crayon, d’un scanner et d’un ordinateur. C’est dans ma tête que ça travaille! Lorsque je travaille sur un gros projet, ça m’habite tout le temps. Trouver une bonne idée restera toujours un véritable défi.

Comment réussissez-vous à conceptualiser, éviter les clichés et livrer dans des échéanciers serrés dans le cadre d’un média d’information tel que La Presse?

La Presse m’a permis de faire beaucoup de belles choses et de pouvoir essayer plein de styles différents, et ça c’est formidable. Pour moi, travailler avec des échéanciers serrés est vraiment parfait, car mon style est souvent très «premier jet» et rapide à exécuter. J’ai vraiment de la chance de travailler dans une salle de rédaction avec des gens extraordinaires et de créer à partir de sujets très stimulants.

Quelles sont vos sources inspirations?

J’adore découvrir de nouveaux illustrateurs et de nouveaux artistes, et les suivre sur Instagram, Tumblr et Pinterest. De plus, j’aime aller voir des expositions et assister à des shows de musique. Plusieurs artistes m’ont inspiré, mais j’ai toujours eu un faible pour le peintre Jean-Michel Basquiat.

LINO-BASQUIATImage de gauche: ©Théâtre de Quat’sous  //  Image de droite:  ©Jean-Michel Basquiat

Laquelle des oeuvres de vos pairs vous a marqué?

Pour la saison 2000-2001, le Théâtre de Quat’sous a mandaté OrangeTango et l’illustrateur Lino pour une série d’affiches. Cette série m’a vraiment beaucoup inspiré.

Vous avez personnalisé un manteau de cuir à votre image dans le cadre de courses de moto. Parlez-moi de votre amour pour le monde de la moto.

L’univers de la moto, des tatoueurs, du punk et du skate m’a toujours attiré. L’iconographie y est très forte: tête de mort, typographie à la main, feu, serpents, etc. J’ai un motocross à la campagne chez mes parents et depuis deux ans, des amis organisent le Fooligan Derby, une course de moto pour le fun à laquelle n’importe quel type de moto peut participer. Et c’est là que j’ai commencé à peindre des manteaux pour l’événement.

sketchCroquis ©Francis Léveilée

Recherchez-vous particulièrement ce type de projets hors des sentiers battus?

Dessiner avec mes enfants, sur des manteaux ou des maisons. Ça me fait du bien. J’adore faire des projets avec mes amis et ma famille. C’est important pour moi.

Y a-t-il un projet artistique dont vous rêvez de réaliser?

Une murale en ville, pouvoir peindre sur une grue et avoir le vertige.

DOCUMENT10-3La main de Dieu ©Francis Léveillée

Quels projets sommeillent dans la tête de Francis Léveillée?

Y’a toujours pleins de choses qui spinnent dans ma tête. Mais j’aimerais bien faire un nouveau livre pour enfants sous peu. Sinon, il y aura de nouveaux modèles de t-shirts chez Electrik Kidz et de nouvelles cartes chez Paperole.

En dernier lieu, si vous aviez un conseil à donner à un jeune créateur, ce serait lequel?

Essayer de nouvelles choses, voyager et aller voir des expositions. Ne pas trop se prendre au sérieux et avoir du fun!

DEAD-DOGGod save the Queen ©Francis Léveillée

FRANCIS-PORTRAIT-credit-Alex Blouin©Alex Blouin

Patrick Dupuis (20 billets)

La nuit tombée, Patrick rêve qu’il habite une maison d’architecte signée Pierre Thibault quelque part entre Montréal, Tokyo et Frelighsburg. Il s’imagine partager un thé Darjeeling en discutant avec le réalisateur Wes Anderson, le designer Jony Ive, le photographe Anton Corbijn et l’ex-étoile du tennis Andre Agassi. D’ici à ce que le marchand de rêves lui livre toute la marchandise, il est designer graphique, motion designer et concepteur-réalisateur pour ICI ARTV.

Laisser un commentaire

(requis)