Une visite de la scène artistique actuelle à Moncton

6 octobre 2017

20988337_1826425740731313_3445702405808145526_o
La grande finale du Festival Acadie Rock 2017. Crédits: Max-Antoine Guérin / Canopée

Quand il s’agit de culture acadienne, nous avons trop souvent une vision réductrice, parfois folklorique, à coup d’accent charmant, de chiac ou autre Évangéline. La scène artistique acadienne peut bien sûr s’appuyer sur ses symboles ou ses clichés (que ce soit au premier degré ou pour les dépasser), mais elle est bien plus riche encore.

Voici un petit guide pour une tournée contemporaine du Moncton acadien!

Le Centre culturel Aberdeen

Le premier arrêt d’une telle visite serait sans aucun doute ce centre culturel sur trois étages abrité dans une ancienne école de la fin du XIXe siècle et ayant pignon sur rue au centre-ville de Moncton. Ce centre est très important dans l’écosystème acadien des arts et de la culture, ne serait-ce que parce qu’il abrite de nombreux organismes artistiques et plusieurs dizaines de travailleurs du milieu. Si vous passez par là, ce sera peut-être pour visiter les nombreuses expositions qui y ont lieu.

Au rez-de-chaussée, vous trouverez trois organismes voués aux arts visuels. La Galerie 12 est une coopérative offrant une petite pièce carrée pour des artistes qui souhaitent exposer leur travail. Au début de l’automne 2017, on pouvait y voir une exposition de quatre anciens diplômés du département d’arts visuels de l’Université de Moncton autour de la peinture. Dès le 20 octobre, la Galerie ouvre ses portes à Herménégilde Chiasson, un artiste multidisciplinaire incontournable pour comprendre l’Acadie moderne. La publication récente de son livre (12) abécédaires aux Éditions Prise de parole permettra d’ailleurs aux curieux d’en apprendre un peu plus sur sa vision des arts, de l’Acadie et de son devenir.

Toujours au rez-de-chaussée du Centre culturel Aberdeen, vous verrez des expositions sur les murs des espaces communs. Il s’agit d’expositions de l’Atelier Imago, principal centre d’estampe dans les Maritimes, et de la Galerie Sans Nom (GSN). La GSN est spécialisée en art actuel: sous son hospice, vous pourriez assister à des manifestations diverses et à des expositions présentant la fine pointe de la création artistique acadienne.

En soirée, en plus des lancements et vernissages qui peuvent se tenir dans les différents espaces du Centre, une programmation est offerte dans la salle Bernard-LeBlanc au 3e étage : projections, soirées musicales ou lectures. Vous consulterez volontiers la page Facebook du Centre pour connaître toute la programmation.

L'artiste acadienne Julie Caissie devant son installation à la Galerie Sans Nom en mars 2017
L’artiste acadienne Julie Caissie devant son installation à la Galerie Sans Nom en mars 2017. Crédits: Annie France Noël

Le Théâtre l’Escaouette

Vous pourriez aussi faire quelques pas de côté sur la rue Botsford pour visiter le Théâtre l’Escaouette qui offre une riche programmation théâtrale en mettant à l’honneur les artistes acadiens ou en accueillant des projets de la francophonie canadienne. Ce mois-ci, on y produit L’incroyable légèreté de Luc L., un spectacle qui forme une trilogie avec Les trois exils de Christian E. et Le long voyage de Pierre-Guy B. Ces spectacles autobiographiques ont connu un immense succès partout au pays et permettent de découvrir le talent d’artistes acadiens qui gagnent à être connus: Christian Essiambre, Pierre-Guy Blanchard et Luc LeBlanc.

En novembre, Comme un seul Grum sera présentée un soir seulement. La pièce est coproduite par le Théâtre populaire d’Acadie et Satellite théâtre. Cette jeune compagnie qui a son siège social à Moncton est menée tambour battant par les artistes Marc-André Charron et Mathieu Chouinard; ils portent ensemble un théâtre poétique, physique et ludique qui prend racine en Acadie pour rayonner partout au pays et même à l’étranger.

Des évènements

Ailleurs en ville, vous voudrez sans aucun doute visiter la Galerie d’art Louise-et-Reuben-Cohen qui est installée à l’Université de Moncton. Dès la troisième semaine d’octobre, la directrice artistique, conservatrice et commissaire, Nisk Imbeault, présentera une exposition d’arts médiatiques dans le cadre du FICFA du 16 au 24 novembre prochain (Festival international du cinéma francophone en Acadie).

D’ailleurs, si vous souhaitiez planifier votre séjour dans le cadre d’un des événements francophones qui font vibrer la ville, en voici quelques-uns.

En mai, le Festival Frye (du nom de Northorp Frye, un grand universitaire, critique et littéraire originaire de Moncton) est un événement bilingue où les rencontres d’auteurs les soirées de lecture et les cabarets se succèdent.

En août, le Festival Acadie Rock est produit par le Centre Aberdeen et programme musique, poésie et bien plus encore.

En octobre, l’organisme Dansencorps organise le Festival de danse en Acadie dès le 19 octobre prochain. La même date commence le Salon du livre de Dieppe, à quelques minutes de Moncton.

Côté musique et arts de la scène, c’est en novembre que se tient la FrancoFête en Acadie. Cet évènement présentant de nombreuses vitrines artistiques pour les diffuseurs elle ouvre aussi ses portes au public tout comme le Festival 506, un événement musical bilingue où les Acadiens sont bien représentés.

Voici quelques pistes pour sortir des clichés!

***

Et vous, quels sont vos incontournables culturels à Moncton?

Mots clés :

Catherine Voyer-Léger (1 billets)

Après des études supérieures en science politique, Catherine Voyer-Léger a fait carrière comme gestionnaire dans le milieu culturel. Aussi écrivaine, elle a publié trois livres : Détails et dédales et Désordre et désirs (Hamac), des recueils de chroniques, et Métier critique (Septentrion), un essai sur l’état de la critique culturelle. Elle est chroniqueuse à l'émission C’est fou avec Serge Bouchard à Ici Radio-Canada Première et poursuit un doctorat en lettres françaises, à l’Université d’Ottawa.

Laisser un commentaire

(requis)