ARTISTE À DÉCOUVRIR : Émilie Leduc, illustratrice

19 juillet 2017

HExtrait de Mon coeur pédale, Crayons de bois sur papier mylar, Édition de La Pastèque. – Émilie Leduc

Le Québec regorge de talents artistiques hors du commun. Et si on prenait le temps d’apprendre à les connaître? Posons notre regard sur l’oeuvre d’Émilie Leduc, une illustratrice montréalaise.

Déjà toute jeune, Émilie Leduc aimait dessiner. «Ça a toujours été plus fort que moi de griffonner.» C’est au secondaire que le déclic se fait : elle travaillerait dans le milieu des arts. Cependant, elle ne savait pas qu’il était possible de le faire à temps plein! Elle complète un DEC en dessin animé 2D au Cégep du Vieux-Montréal et un baccalauréat en design graphique, à l’UQAM. C’est durant ses études post-collégiales que «la porte s’est ouverte. […] C’est à ce moment que j’ai décidé de me concentrer sur cette branche d’art [l’illustration].» Elle est aujourd’hui illustratrice et interprète des idées et des concepts pour les rendre en images.

DCendrillon, Crayons de bois sur papier mylar, Projet à l’association des illustrateurs du Qc (IQ) – Émilie Leduc

Pour réaliser ses illustrations, elle ne jure que par les crayons Prismacolor. «Les vieux Scolars sont un must, je pense que c’est à cause de la cire dans le crayon. C’est facile de mélanger les couleurs, pas de surprise, pas de temps de séchage. La cire dans la mine rend le dessin très doux et malléable.» Ce choix de médium, accentué par le choix de couleurs pastel, permet à l’artiste d’offrir des images vaporeuses et délicates. 

EPSON MFP image

3 oiseaux, Crayons de bois sur papier mylar, Recherche personnelle – Émilie Leduc

Selon l’illustratrice, l’art est un moyen de s’exprimer et ce, peu importe le médium choisi. «L’art crée pour moi des émotions sans dire un mot. C’est fantastique qu’en regardant des couleurs et des formes, on puisse se sentir transporté.» Pour créer, elle s’inspire des textures et des couleurs de son environnement. Toujours à l’affût des détails, elle trouve difficile de ne pas pouvoir empoigner ses crayons à chaque fois qu’elle aperçoit une belle fleur ou un paysage. Parmi ses confrères du domaine artistique, elle porte une affection particulière pour «le style et la douceur des dessins d’Isabelle Arsenault» et admire les couleurs et l’esprit enfantin de Marc Boutavant.

 

J
Extrait de Mon coeur pédale, Crayons de bois sur papier mylar, Édition de La Pastèque. – Émilie Leduc

Bien que les projets s’enchaînent pour Émilie Leduc, l’illustratrice s’avoue particulièrement fière de son livre La ronde des mois qui était à la base un projet de fin d’études. «J’y ai mis beaucoup d’émotions et c’est un projet qui me tient encore à cœur.» Celle qui a récemment accueilli une troisième petite fille dans sa famille admet être plutôt occupée par les temps qui courent à gérer sa petite marmaille. Elle travaille tout de même à l’écriture de quelques textes qu’elle espère bien voir sous forme de livre un jour. Inutile de vous préciser qu’on a déjà hâte de voir son prochain projet!

E
Juillet, Crayons de bois sur papier mylar, La ronde des mois, Éditions La Courte Échelle – Émilie Leduc

F

Octobre, Crayons de bois sur papier mylar, La ronde des mois, Éditions La Courte Échelle – Émilie Leduc
emilie-leduc

Pour suivre le travail d’Émilie Leduc
Site web
Boutique
Facebook