Montréal sous la loupe de Claire Bouchard, auteure du livre 300 raisons d’aimer Montréal

25 mai 2017

Photo: Matthieu Roux

Photo: Matthieu Roux

 

Arrivée à Montréal en 1995 pour les études, Claire Bouchard n’est jamais repartie de sa ville d’adoption dont elle est tombée follement amoureuse. En 2013, l’auteure rendait un premier hommage à la culture gastronomique montréalaise avec l’ouvrage « Dévorer Montréal ». Quatre ans plus tard, c’est plus largement qu’elle célèbre la ville aux cent clochers avec le livre « 300 raisons d’aimer Montréal ». À l’occasion du 375e anniversaire de Montréal, on a eu l’idée de lui poser quelques questions sur sa ville bien-aimée.

 

La plus belle chanson qui parle de Montréal?

« Je rentre à Montréal » d’Ariane Moffatt. Quand je l’entends, je redécouvre ce sentiment léger et heureux qui m’habite quand je reviens à Montréal après un long séjour.

 

Le meilleur livre qui traite de Montréal?

« 300 raisons d’aimer Montréal »! [Rires] Je suis vraiment très fière de ce projet, qui est ma plus belle réalisation professionnelle à ce jour. J’ai tellement appris sur ma ville lors de l’écriture de ce guide : l’histoire de la Cité de Maisonneuve, les artistes derrière les plus impressionnantes murales, la rue Saint-Jacques considérée à l’époque comme le Wall Street du Canada ou encore l’histoire des melons de Montréal, fruit autrefois convoité aujourd’hui disparu. J’ai fait des rencontres extraordinaires de Montréalais inspirants et j’ai mangé les meilleurs plats que Montréal a à offrir. Ce guide dépeint tout ça, mes expériences, mes anecdotes, mes découvertes.

Le film dans lequel la vie montréalaise est le mieux dépeinte?

« Eldorado » de Charles Binamé, qui met en vedette Pascale Bussières, Pascale Montpetit et James Hyndman. Il est sorti l’année de mon arrivée dans la métropole. Un regard sur le Montréal underground des années 1990 et sur les rêves et dérives d’une jeune génération. Quelques scènes ont été tournées au Dogue, aujourd’hui fermé, bar que je fréquentais assidument pendant mes années universitaires.

L’artiste ayant le mieux représenté Montréal à travers son œuvre?

La photographe Jane Heller, avec sa série « Monumentalove ». Empreinte de nostalgie et marquant l’imaginaire, cette série de douze clichés rend hommage aux plus célèbres emblèmes architecturaux de la ville, dont l’enseigne Farine Five Roses, Habitat 67, le pont Jacques-Cartier, et la pinte de lait géante Guaranteed Pure Milk. Par leur composition originale, le cadrage serré et le traitement singulier, ces photos magnifient ces monuments qu’on ne voit plus, soulignent ce détail qu’on n’avait jamais remarqué. Jane Heller s’est éteinte en 2014 après une longue bataille contre le cancer.

1417121802111

 

Le plus bel endroit pour lire?

Il y en a plusieurs : le Butterblume, le parc Laurier, le café Sfouf et la bibliothèque Marc-Favreau.

La meilleure table?

Je privilégie les restaurants plus modestes, des endroits qui me renversent chaque fois par leur originalité et la qualité de leurs plats. Je dirais donc, ex aequo, Kazu, Le Petit Alep, Bottega et Thaïlande.

Votre boutique montréalaise coup de cœur?  

La Mycoboutique sur Saint-Denis. Il faut dire que je suis une fan finie de champignons. J’adore les sorties de groupe que la boutique organise en été. J’y vais à chaque occasion. Certaines récoltes que j’y ai faites auraient pu passer dans le livre des records Guinness. Pour les vêtements, j’opte pour Belle et Rebelle et Petite Rebelle sur la Plaza Saint-Hubert.

L’endroit le plus sous-estimé?

Les rives du fleuve Saint-Laurent. Les Montréalais en profitent peu. Pourtant, c’est fou le sentiment de liberté qu’on éprouve lorsqu’on est tout près du fleuve, à quelques pas du centre-ville! Que ce soit sur les îles Sainte-Hélène ou Notre-Dame, sur la Pointe-du-Moulin, au parc de la Cité-du-Havre, sur la « trail du bas » dans Verdun, au parc René-Lévesque de Lachine ou encore au bord de l’eau à LaSalle, la proximité au fleuve donne l’impression de ne plus être en plein cœur d’une grande ville. C’est complètement dépaysant.

Le musée que vous visitez le plus souvent?

Le Musée McCord. Les expositions temporaires sont toujours séduisantes. Dans les dernières années, j’ai beaucoup aimé les expositions « De Philadelphie à Monaco : Grace Kelly » et « Musique, le Québec de Charlebois à Arcade Fire ».

1320x480

 

Quelle époque montréalaise auriez-vous le plus aimé connaître?

Les années 60 et 70, avec l’Expo, les jeux Olympiques et les Fêtes nationales sur le mont Royal, particulièrement celle du 24 juin 1975. C’est à ce moment que Gilles Vigneault a chanté pour la première fois « Gens du Pays » et Ginette Reno a interprété, de tous ses poumons et ses cordes vocales, « Un peu plus haut, un peu plus loin ». D’un certain point de vue, je l’ai vécu, j’avais un mois et j’étais dans les bras de ma mère. Elle m’en parle encore.

Les 3 lieux incontournables à visiter lorsqu’on vient à Montréal pour la première fois sont :

– Le marché Jean-Talon

– Le mont Royal

– Les ruelles de quartier

Décrivez Montréal en 3 mots :

– Vivante

– Ouverte

– Artistique

Musée d’art contemporain ou Musée des beaux-arts?

Le Musée des beaux-arts, le musée d’art le plus visité au Canada. La salle de concert du musée abrite vingt splendides vitraux de la célèbre maison Tiffany, sans contredit la plus importante collection du genre au pays.

Cinéma Beaubien ou Cinéma du Parc?

Cinéma Beaubien, le tout dernier cinéma de quartier encore en fonction, et aussi le seul cinéma en ville à être géré par une entreprise d’économie sociale. Il incarne à lui seul « David dans un monde de Goliath ».

2014_cinemabeaubien-crshantiloiselle-8734

 

Marché Atwater ou Marché Jean-Talon?

Le Marché Jean-Talon, qui est pour moi l’une des principales raisons d’aimer Montréal. J’aime la proximité qu’il offre avec de nombreux producteurs locaux. Et j’apprécie aussi les commerces d’exception qui l’entourent, comme Les Jardins sauvages, Épices de cru, la Boucherie du Marché, Havre-aux-Glaces et Joe la Croûte, pour ne nommer que ceux-là.

Schwartz’s ou Wilensky’s?

Wilensky’s. Ne demandez JAMAIS votre sandwich grillé Spécial Wilensky sans moutarde ou coupé en deux. Les employés refuseront catégoriquement. Les règles sont même écrites aux murs. Seule une vraie institution peut se permettre un tel entêtement.

Bibliothèque nationale ou de quartier?

Bibliothèque de quartier, la mienne : Marc-Favreau, toute rénovée, un bâtiment écoresponsable, une luminosité exceptionnelle. Et la salle de lecture vitrée, avec un foyer en plein centre. Difficile à battre.

 

Pour souligner le 375e anniversaire de la métropole, une édition spéciale de 300 raisons d’aimer Montréal est disponible avec 75 raisons supplémentaires telles que vues par Cœur de Pirate, Jean-René Dufort, Denis Gagnon, Guy A. Lepage, Mitsou, Rebecca Makonnen, Ariane Moffatt, Herby Moreau, Marie-Joëlle Parent, Sugar Sammy, Jean-Philippe Wauthier et Anne-Marie Withenshaw. 

Noémie C. Adrien (11 billets)

Journaliste de formation, Noémie a longtemps œuvré dans la presse art de vivre. Ses nombreux intérêts dans le domaine la rendent aussi à l’aise sur un tapis de yoga que dans un bar à vin. Voyageuse avisée, elle porte un amour particulier à l’Asie qu’elle a visité à plusieurs reprises. Sa devise: vivre comme un touriste chez soi et comme un local à l’étranger.

Laisser un commentaire

(requis)