Le peuple invisible : dix ans plus tard

24 février 2017

Il y a 10 ans déjà, Richard Desjardins et Robert Monderie présentaient le documentaire Le peuple invisible. Produit par l’Office national du film, ce documentaire-choc dénonçait les conditions dans lesquelles vivait la nation algonquine sur leur propre territoire. Encore très actuel, ce documentaire reste extrêmement pertinent aujourd’hui.

Quand j’ai voulu mettre en perspective l’évolution du discours par rapport aux nations autochtones, c’est du côté du cinéma que mon regard s’est posé, car comme disait Jean-Luc Godard : «Avec le cinéma, on parle de tout, on arrive à tout

Réalisé au cours des dernières années, voici cinq films qui ont mis en lumière d’une façon différente la réalité et l’histoire des Autochtones.

#1  – RHYMES FOR YOUNG GHOULS

Aila, le personnage principal
En 2013, le réalisateur micmac Jeff Barnaby présentait au Festival international du film de Toronto (TIFF) le thriller Rhymes for Young Ghouls. Magnifique et terrifiant à la fois, le film suit la jeune Aila, 15 ans, alors qu’elle prend la relève de l’entreprise de drogue illégale de son père, suite à l’arrestation de celui-ci. Sa mère étant décédée, Aila doit faire face seule à la dure réalité sur la réserve de Red Crow. Il s’agit du premier long métrage de Jeff Barnaby (et j’espère que ce n’est pas le dernier!) Coup de coeur pour la trame sonore qui est très agréable : on y retrouve la musique des Black Keys et de Timber Timbre.

#2 – QUÉBÉKOISIE

marco_bacon

En 2014, le couple de globe-trotters Olivier Higgins et Mélanie Carrier présente le documentaire Québékoisie.  Bien qu’ils aient parcouru le monde et visité les cinq continents, jamais ils n’avaient mis les pieds dans une réserve amérindienne. C’est suite à cette constatation qu’ils entreprennent de partir, à vélo depuis Québec jusqu’à la Côte-Nord, à la rencontre des communautés autochtones. Sur leur chemin, ils font des rencontres très intéressantes qui permettent aux spectateurs de réaliser que nos communautés se ressemblent beaucoup plus qu’on pourrait le croire.

#3 – CHEZ LES GÉANTS

ChezLesGéants

Le documentaire Chez les géants des coréalisateurs Aude Leroux-Lévesque et Sébastien Rist est sélectionné au TIFF en 2016. Le concept derrière cette oeuvre est assez simple : raconter la vie de Paulusie, jeune Inuit ambitieux. Sa copine Nikuusi et lui rêvent de quitter la réserve d’Inukjuak pour voir le monde et pour étudier. Mais voilà, rien n’est si simple. Une erreur de parcours coûte à Paulusie un séjour en prison, mettant brutalement fin à leur projet. C’est sous cette trame de fond que le documentaire capture l’intimité de ce jeune couple, de leurs amis et de leur famille aussi.

#4 – WASESKUN

waseskun_steve_onf_sn635

La même année, Waseskun de Steve Patry arrive en coup de poing dans le paysage cinématographique. Touchant et triste, le film est tourné dans le centre de détention alternatif Waseskun, situé dans Lanaudière, au Québec. Misant sur des activités traditionnelles de reconnexion culturelle et spirituelle, le centre accueille des détenus qui s’adonnent également à des thérapies de groupe et divers entraînements. On y découvre les détenus dans ce qu’ils ont de plus intime : leur histoire, leurs regrets et leurs ambitions. Le film sera présenté dans le cadre des Rendez-vous du cinéma québécois.

#5 – STANLEY VOLLANT : DE COMPOSTELLE À KUUJJUAK

Stanley Vollant

Le dernier et non le moindre, le documentaire Stanley Vollant : De Compostelle à Kuujjuaq suit le parcours courageux du premier chirurgien autochtone Stanley Vollant. Alors qu’il était sur le chemin de Compostelle, un des plus importants pèlerinages au monde, Stanley a fait un rêve : il parcourait le Québec, l’Ontario et le Labrador à la rencontre des communautés autochtones. Voilà comment est né le projet Meshkenu, une marche de 6 000 km rassemblant les jeunes et les aînés des Premières Nations pour partager un message d’espoir et d’amour. Le documentaire de Simon C. Vaillancourt, qui se retrouvait parmi nos coups de coeur de l’année 2016, sera diffusé sur les ondes d’ICI Explora le 9 août prochain.

Et vous, quels films sur les communautés autochtones recommandez-vous?

Dominique Caron (2 billets)

Originaire de l'Abitibi-Témiscamingue, Dominique a rapidement adopté Montréal par amour pour sa culture et sa diversité. Après des études en cinéma, elle se spécialise en communication, puis en journalisme. Elle est édimestre chez Radio-Canada et chroniqueuse radio à CISM.

Vos commentaires

  1. Merci pour ce billet Dominique. Tous des beaux films à voir ou à revoir. Pour ce qui est de Waseskun, de Steve Patry (ONF), il est en tournée au Québec. Donc, il est possible de le voir sur grand écran, et le plus souvent en présence du réalisateur et d’invités Autochtones à chaque fois que c’est possible. L’information est tenue à jour sur ce blogue.
    http://blogue.onf.ca/blogue/2017/01/17/waseskun-projections-cinema/
    Et il est facile de nous contacter pour en savoir plus ou pour organiser d’autres visionnements en écrivant à waseskunfilm@gmail.com

    Commentaire de Nathalie Perreault

Laisser un commentaire

(requis)