Nos coups de coeur de l’année en arts visuels

11 décembre 2016

Dans les musées, les galeries ou au fil de nos pérégrinations sur Internet, voici ce qui a fait plaisir à nos yeux (ou les a quelque peu déstabilisés) au cours de la dernière année.

Pour découvrir tous les coups de cœur culturels 2016 de l’équipe et des têtes d’affiche d’ICI ARTV, consultez notre rétrospective culturelle chaque jour jusqu’au 24 décembre.

Robert Mapplethorpe – Focus: Perfection – Musée des beaux-arts de Montréal

Robert Mapplethorpe a été l’un des photographes les plus influents du XXe siècle. Le titre de l’exposition est particulièrement bien choisi puisque ces photographies démontrent une grande minutie, une recherche de la symétrie, un éclairage plus que soigné pour un effet plus que dramatique. Tout est parfait! L’ensemble est aussi très sensuel. Robert Mapplethorpe était véritablement un maître du noir et blanc. Mais on ne vous en dit pas plus, car vous pouvez encore découvrir cette magnifique exposition jusqu’au 22 janvier 2017!

robert-mapplethorpe

Robert Mapplethorpe (1946-1989), Phillip Prioleau, 1982, Robert Mapplethorpe Foundation

Wim Delvoye – DHC/ART

La galerie d’art contemporain DHC/ART, située dans le Vieux-Montréal, présente actuellement une exposition d’œuvres de l’artiste multidisciplinaire belge Wim Delvoye. Dans ses œuvres, qu’on pourra admirer jusqu’au 19 mars 2017, l’artiste emploie fusion et torsion afin de donner une nouvelle signification aux objets ou aux icônes. Du pneu en caoutchouc à la statue néo-gothique, grâce à la sculpture, au dessin, à la photographie ou aux installations, on est amené à se questionner sur les significations et les idées contradictoires qui sont présentes dans ses créations.

wim-delvoye

Wim Delvoye, Untitled (Maserati), 2012

Biennale de Montréal – Le Grand Balcon – Musée d’art contemporain

Cette édition de la Biennale de Montréal s’inspire de la pièce de théâtre Le Balcon de Jean Genet et propose un espace de contestation entre la réalité et l’illusion. Comme dans la pièce de Genet, on ose y présenter des œuvres qui jouent avec la représentation, ce qui peut devenir pervers, troublé et troublant. On est amené à se questionner sur des questions de société qui sont très présentes dans notre réalité quotidienne: l’environnement, l’économie et nos pratiques autodestructrices. Pour découvrir les œuvres des multiples artistes venus de partout dans le monde pour exposer chez nous, vous avez jusqu’au 15 janvier 2017.

2000-melancholia-in-arcadia-detaillr

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Arkadya’da Melankoli / Melancolia in Arcadia, 2000, Musée d’art contemporain de Montréal, 19.10.2016 – 15.01.2017

La bibliothèque, la nuit – Musée de la civilisation

Cette expérience immersive vidéo en 360° a été créée par Ex Machina et Robert Lepage. Grâce à des casques de réalité virtuelle, les visiteurs ont accès à 10 bibliothèques immenses et majestueuses. On a même droit à une visite de la bibliothèque du Nautilus, inspirée du roman Vingt mille lieues sous les mers de Jules Verne. Les amoureux des bouquins se délecteront de ce moment virtuel! L’exposition a été présentée à Montréal à la Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ), mais elle est maintenant présentée au Musée de la civilisation à Québec. Vous avez jusqu’au 2 avril 2017 pour vivre cette expérience.

Pierre Ayot – Regard critique – Grande Bibliothèque (BAnQ)

Présentée jusqu’au 5 mars 2017, l’exposition de la Grande Bibliothèque propose une relecture des œuvres de cet artiste multidisciplinaire qui a marqué plusieurs générations. On y démontre comment l’artiste s’est inspiré de la société québécoise pour créer grâce à une présentation ingénieuse de son oeuvre. L’accessibilité à l’exposition permet aussi aux plus jeunes de découvrir un grand nom de l’histoire culturelle du Québec.

pierre-ayot

 

 

 

 

 

Cité Mémoire

Créé par Michel Marc Bouchard, Michel Lemieux et Victor Pilon, des experts en projections multimédia, Cité Mémoire est un parcours narratif qui nous plonge dans l’histoire de la ville de Montréal. À travers une vingtaine de tableaux sous forme d’images, de sons et de musique, on découvre des personnages qui ont façonné la ville aux cent clochers. Grâce à cette expérience unique et théâtrale, les lieux que nous connaissons bien se transforment sous nos yeux et ravivent le passé. Pour une expérience complète, on vous suggère de télécharger l’application mobile où l’on retrouve la bande sonore du projet et une panoplie de références historiques disponibles en quatre langues.

Edmund Alleyn – Dans mon atelier, je suis plusieurs – Musée d’art contemporain de Montréal

On ne peut pas classifier l’œuvre d’Edmund Alleyn, car il y a eu plusieurs ruptures dans son style au fil de sa création. C’est pour cette raison qu’on dit de lui qu’il avait plusieurs personnalités artistiques. Cette exposition nous a permis d’en connaître plus sur cet artiste québécois d’origine anglo-irlandaise. C’était la première rétrospective des éléments clés de sa carrière depuis le décès de l’artiste en 2004. Pour en savoir davantage sur cette exposition, vous pouvez vous référer au billet que nous avions préparé à son sujet: L’été du MAC s’ouvre sur une rétrospective Edmund Alleyn.

sans_titre_dessin1

Edmund Alleyn, Sans titre, vers 1976, Crayon de couleur sur papier, 57,1 × 83,8 cmSuccession Edmund Alleyn

Ragnar Kjartansson – Musée d’art contemporain de Montréal

Présentée au MAC de février à mai 2016, il s’agissait de la première exposition canadienne d’envergure de l’œuvre de cet artiste islandais. Dans son travail, Ragnar Kjartansson explore la performance artistique à travers le théâtre, la musique, la sculpture et les arts visuels. L’installation The Visitors nous a totalement charmés. Cette œuvre réunit 9 projections vidéos où des musiciens et des amis de l’artiste interprètent une pièce musicale pendant près d’une heure dans différents lieux d’une grande maison. Les 9 projections et pistes audio sont présentées dans la même salle d’exposition… et on aurait pu y passer la journée au complet!

ELEGANZA La mode italienne de 1945 à aujourd’hui – Musée McCord

Une exposition qui a su plaire aux fashionistas québécoises qui ont pu être témoins de l’évolution et de l’importance de la mode italienne. Sur place se trouvaient, entre autres, des créations de Valentino, Armani, Fendi, Prada, Dolce&Gabbana, Emilio Pucci; des créateurs qui confectionnaient de véritables œuvres d’art à porter. Pour les amoureux du glamour hollywoodien, l’exposition comportait aussi une robe de l’actrice Audrey Hepburn!  Des accessoires, des photographies, des extraits de films et des magazines s’ajoutaient aussi à cette exposition qui a d’abord été organisée par le Victoria & Albert Museum de Londres.

Pour terminer, nous décernons une mention spéciale au nouveau pavillon Pierre Lassonde du Musée des beaux-arts du Québec. Ce pavillon offre une expérience architecturale unique qu’il faut découvrir à tout prix et qui abrite (et abritera) de superbes expositions dans les années à venir!

Et vous, quelle exposition vous a ébloui en 2016?