À lire : «Autour d’elle» de Sophie Bienvenu

3 octobre 2016

sophie-bienvenu-autour-delle
Crédit : Jean-François lemire

Le nouveau roman de Sophie Bienvenu vient d’être publié au Cheval d’Août éditeur. L’auteure nous avait habitués à des récits intimistes et poignants, construits autour de la vision du narrateur (Et au pire on se mariera, Chercher Sam). Avec Autour d’elle, la jeune romancière change de cap et propose un roman choral, sans se départir des forces qu’on lui connait:  une fine compréhension de la psychologie humaine, une incroyable capacité à émouvoir, une plume vivante et un sens du mot juste, de la tournure efficace.

sophie-bienvenu-autour-delleAu fil des chapitres, une vingtaine de personnages sont conviés pour raconter l’histoire de Florence Gaudreault et celle de l’enfant qu’elle a eu à 16 ans, pour le donner immédiatement en adoption. Comme dans ses deux premiers romans,  l’auteure livre ici un récit incarné, porté par une mosaïque de personnages construits avec un souci du détail et une sensibilité remarquables. En optant pour une structure polyphonique, Sophie Bienvenu s’est donné l’occasion de développer deux dizaines de vies et de voix merveilleusement complexes, tout en profondeur et en nuances.

Car si Florence et son fils biologique Adrien occupent une place centrale tout au long du récit, constituant les deux fils conducteurs qui en tissent la trame, chaque chapitre nous ouvre la porte d’un nouvel univers. Chaque fois, on y plonge et, forcément, on s’attache. Du coup, on fait face à un petit moment de deuil lorsqu’on tourne la dernière page d’un chapitre et qu’on doit dire adieu à un protagoniste. On surmonte tout de même l’épreuve sans trop de peine, car dès la page suivante, on est instantanément happé par un nouvel univers.

Alors que tous ces personnages périphériques sont si bien campés, si réels qu’on a l’impression de les connaître après quelques pages, Florence, bien qu’omniprésente, demeure fuyante, insaisissable, presque aussi floue que la photo de femme qui orne la couverture du livre. Comme si elle n’existait réellement qu’à travers les regards des autres, ceux dans la vie desquels elle aura brièvement fait escale. On distingue les contours de sa vie, on devine les blessures jamais vraiment cicatrisées, on sent sa force et sa résilience, mais on ne la connaîtra jamais vraiment.

Autour d’elle est sans contredit un des petits joyaux de cette rentrée littéraire. Sa lecture nous a a donné envie de vous faire découvrir d’autres romans polyphoniques qui valent le détour.

5 autres romans de type choral à découvrir

The Break, de Katherena Vermette (Anansi, 2016)

Disponible uniquement dans sa version originale en anglais pour l’instant, ce roman coup de poing sera traduit en français en 2017 aux Éditions Québec Amérique. Brutalement vrai, dur par moments, il nous transporte dans une communauté autochtone et métisse de l’Ouest canadien, à travers les voix de femmes de divers âges, toutes interconnectées, dans la foulée d’une sordide agression subie par l’une d’entre elles.  Un premier roman percutant pour l’auteure et poète originaire du Manitoba.

La classe de Madame Valérie, de François Blais (L’instant même, 2013)

Il y a 25 élèves dans la classe de cinquième année du primaire de Valérie Gauthier. Avec doigté, François Blais nous fait entrer dans leur univers alors qu’ils ont onze ans, après quoi on les retrouve à l’aube de l’âge adulte et, enfin, à 30 ans. À travers leurs regards et leurs destins, on a accès à un condensé d’humanité, avec ses drames, ses joies, ses faiblesses et son lot de rêves déchus. Un incontournable.

Cosmofobia, de Lucia Etxebarria (10 | 18, 2008)

À la jonction du roman polyphonique et du recueil de nouvelles, Cosmofobia entraîne le lecteur à travers les rues de Lavapiés, un quartier populaire de Madrid, où se croisent, souvent sans même se voir, toute une faune de personnages bigarrés.

Les Variations Goldberg, de Nancy Huston (Actes Sud, 1994)

Premier roman de la romancière canadienne, Les Variations Goldberg, s’articule autour d’une audacieuse prémisse. Liliane, claveciniste émérite, convie 30 de ses proches chez elle pour l’écouter jouer les Variations Goldberg de Bach dans leur intégralité. Au fil des morceaux, la romancière s’invite dans la tête de chacun des invités issus de la bonne société, révélant leurs secrets, leurs désirs, ce qui les unit et ce qui les sépare.

Les liaisons dangereuses, de Choderlos de Laclos (1782)

Il ne faut pas renier les classiques. Souvent imité, jamais égalé, le livre culte de Laclos est un roman polyphonique avant la lettre, qui se construit autour de la correspondance de ses protagonistes, sur fond de désir charnel, de manipulation et de trahison.

Ajoutez vos suggestions à notre liste!