L’été au musée

6 juillet 2016

Parce que c’est la saison la plus touristique et parce que le soleil ne brille pas tous les jours de l’été, plusieurs musées s’assurent d’offrir une programmation attrayante pendant la belle saison. Pour fuir une averse ou prendre une pause de la canicule tout en affinant votre culture, voici cinq musées à visiter d’ici la rentrée.

Musée des Beaux-arts de Montréal : Pompei / Toulouse Lautrec affiche La Belle Époque

Deux expositions majeures, aux antipodes l’une de l’autre, vous accueillent cet été derrière les portes de l’institution de la rue Sherbrooke. La première, à l’affiche depuis le mois de février, vous entraîne près de 2000 ans en arrière pour découvrir les splendeurs de Pompéï, la ville ensevelie.

Avec la seconde exposition, la machine à voyager dans le temps nous ramène plus près de notre temps, il y a à peine plus d’un siècle, dans le Paris de la Belle-Époque. On peut y admirer une impressionnante collection d’oeuvres de Toulouse-Lautrec, estampes et affiches dont certaines très rares et, à travers ses yeux, on part à la rencontre des personnages hauts en couleur qui hantaient le mythique Montmartre des années 1890.

toulouse
Henri de Toulouse-Lautrec, La Chaîne Simpson, 1896. Private collection.

Musée d’art contemporain de Montréal : Liz Magor / Lizzie Fitch et Ryan Trecartin

Nous vous parlions il y a quelques semaines de la rétrospective Dans mon atelier, je suis plusieurs, consacrée à Edmund Alleyn, qui demeure à l’affiche du MAC jusqu’au 25 septembre. Depuis, deux nouvelles expos bien différentes l’une de l’autre ont pris leur envol, et on a jusqu’au 5 septembre pour les découvrir. 

D’une part, le musée consacre une exposition d’envergure (la plus importante à ce jour) à l’incontournable sculpteure canadienne Liz Magor, avec le parcours non-chronologique Habitude, qui réunit environ 75 oeuvres de l’artiste. Les sculptures de Magor, souvent conçues à partir d’objets du quotidien récupérés, nous invitent à poser un regard différent sur les choses qui nous entourent, aussi banales puissent-elles sembler de prime abord. 

D’autre part, on nous propose de plonger dans l’univers résolument éclaté du duo Lizzie Fitch et Ryan Trecartin, avec l’exposition Priority Innfield.  Les vidéos et les installations multimédia conçues par le duo troublent ou fascinent, avec leurs personnages étrangement futuristes, qui semblent renvoyer une image grossie jusqu’à l’absurde des travers et dérives du monde contemporain : le vide existentiel, le culte de l’ego et l’obsession de l’image.

Lizzie-Fitch_Ryan-Trecartin-Priority-Innfield-2013-Way-03-photo-Fulvio-Orsenigo-620x349
Un des cinq théâtres sculpturaux autonomes uniques, présentant Comma Boat (film, vidéo HD). 325.1 x 548.6 x 487.7 cm

Musée national des beaux-arts du Québec : De Ferron à BGL, art contemporain du Québec

Pour la toute première fois de son histoire, le Musée national des beaux-arts du Québec consacre cinq salles aux créateurs contemporains d’ici avec une nouvelle exposition permanente, qui prend d’assaut le tout nouveau pavillon Pierre Lassonde. On y fait honneur aux grands noms de l’art contemporain québécois depuis la Révolution tranquille, de Marcelle Ferron à David Altmejd en passant par Bill Vazan, Claude Toussignant et plusieurs autres. Évidemment, une visite au MNBAQ cet été est également l’occasion parfaite de découvrir le nouveau pavillon dont tout le monde parle, une oeuvre en soi, ainsi que deux nouvelles oeuvres d’art public signées respectivement Ludovic Boney et Patrick Coutu.



BGL, Perdu dans la nature (La Voiture), 1998. Collection MNBAQ. 

Musée McCord : ELEGANZA : la mode italienne de 1945 à aujourd’hui

Valentino, Armani, Gucci… ce ne sont que quelques-uns des innombrables designers italiens qui ont fortement contribué à transformer le visage de la mode depuis la fin de la deuxième guerre mondiale. Avec Eleganza, le Musée McCord consacre une vaste rétrospective chronologique à ces créateurs de tendances, à leur vision, à leur savoir-faire.  On s’y rend pour rêver un instant de glamour et de luxe, mais aussi pour se rappeler que le vêtement peut être une oeuvre d’art!

Centre PHI : Sensory Stories 

Après avoir connu un succès retentissant l’an dernier, l’audacieuse exposition Sensory stories est de retour au Centre PHI, entièrement renouvelée. Avec ses 13 œuvres sur le thème du récit conçues par des créateurs avant-gardistes originaires de partout à travers le monde, l’exposition est une occasion en or de plonger tête première dans le monde de la réalité virtuelle et de l’interactivité. Même les spectateurs les plus blasés risquent d’en ressortir quelque peu déboussolés!

Quel musée d’ici ou d’ailleurs visiterez-vous cet été?