Montréal en 5 BD

25 mai 2016

Les livres ont cette capacité formidable de nous faire voyager à peu de frais. Certains auteurs cherchent à transposer un paysage exotique et luxuriant sur les pages d’un roman d’aventures. D’autres choisissent leurs mots avec une précision chirurgicale et synthétisent une ambiance urbaine en quelques phrases. En bande dessinée, c’est la même chose. Ainsi, les auteurs peuvent orner leurs cases d’une panoplie de détails afin d’offrir un portrait précis et réaliste aux lecteurs ou à l’inverse, tracer quelques traits épurés et stylisés pour situer les personnages. Quoi qu’il en soit, le dessin a le don incroyable de nous transporter dans un endroit (familier ou non) en un coup d’oeil.

Récemment, la bande dessinée La femme aux cartes postales de Jean-Paul Eid et Claude Paiement m’a fait voyager dans le temps et présenté la ville de Montréal sous un éclairage différent : celui des années 50. Suite à cette lecture, j’ai eu l’envie de dresser une liste de BD d’ici mettant en scène la métropole québécoise.

femmes-cartes-postalesLa femme aux cartes postales – Claude Paiement et Jean-Paul Eid (La Pastèque)

Véritable voyage dans le temps, La femme aux cartes postales permet de jeter un nouveau regard sur cette grande ville dont on arpente souvent les rues  sans trop en connaître l’histoire. Certes, les années 50 riment avec jazz, strass et nightclubs, mais elles mettent aussi en scène la mafia, l’incorruptible maire Jean Drapeau et l’arrivée du rock’n roll! Le lecteur suivra le parcours de Rose, une jeune chanteuse gaspésienne, souhaitant briller sur les planches montréalaises. Dépaysant!

 

 

 

petite-patrieLa petite patrie – Normand Grégoire et Julie Rocheleau (La Pastèque)

Cette adaptation du roman du même nom de Claude Jasmin plonge le lecteur, le temps de quelques pages, au coeur des ruelles de la Petite-Patrie où s’agitent gaiement les enfants malgré le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale. La noirceur des troubles sociétaux ne semble pas avoir d’emprise sur l’insouciance des jeunes âmes. Une tranche de vie (et d’époque) sublimement illustrée!

 

 

 

 

couverture_mile_end_01

Mile End – Michel Hellman (Pow pow)

Pour l’écriture de sa maîtrise, Michel Hellman s’est installé dans une petite chambre du Mile End. Cependant, l’histoire, les artistes et les scènes de la vie courante auront raison de sa concentration. Dans cette bande dessinée, il consigne des saynètes du quotidien grappillées çà et là entre 2004 et 2011. (Pour la petite histoire, sachez qu’il a éventuellement terminé sa maîtrise en histoire de l’art.)

 

 

 

couverture_centre-sudChroniques du Centre-Sud – Richard Suicide (Pow pow)

Oubliez les belles images de Montréal sur les cartes postales, puisqu’ici, Richard Suicide dépeint la déliquescence du quartier Centre-Sud. Prostituées, drogués et alcoolos peuplent les cases de ce guide dessiné résumant le quotidien coloré et odorant de ces quelques pâtés de maisons situé entre Sherbrooke et Ontario.

 

 

 

 

Hiver nucléaire – Cab (Front froid)hivernucleaire

Et si une grande partie de Montréal était ensevelie sous la neige? Dans cette BD, Cab s’amuse à imaginer une métropole plongée dans un hiver perpétuel. Sillonnant les contrées blanches sur son skidoo, la courageuse Flavie livre des paquets dans les divers recoins de la ville. Si les animaux et les humains ont des airs déconcertants, Montréal, elle, garde ses repères. Un récit de science-fiction savamment ficelé!

 

 

 

 

 

La bande dessinée prendra d’assaut la métropole à l’occasion du 375e anniversaire de Montréal en 2017. Michel Rabagliati redonnera vie à l’illustre Paul et racontera l’histoire de la ville en accéléré à travers douze cases géantes réparties en grande majorité sur le Plateau-Mont-Royal. D’ici là, on espère bien que notre sélection de bandes dessinées saura vous faire patienter avant le début des festivités!

Alex Beausoleil (47 billets)

Passionnée de culture, Alex croit, tout comme Dostoïevski, que c’est l’art qui sauvera le monde. C’est pourquoi elle prend plaisir à enchaîner les séries télévisées les unes après les autres, visionner les nouveautés cinématographiques, gaver ses oreilles de délicate musique, voyager avec la littérature et pitonner sur sa manette de Xbox pour se divertir. Elle est responsable de la production de contenu web et des médias sociaux d'ICI ARTV.

Vos commentaires

  1. En passant, la BD québécoise s’exporte déja depuis plusieurs années, avec les Nombrils, via les éditions Spirou.

    Bravo aux auteurs !!! – André Cyr

    Commentaire de André Cyr
  2. Heureux de constater que la BD , pas à pas mérite ses tettres de noblesse .Je lui souhaite de dépasser ses thèmes québécois pour s’ exporter et s`implanter en Europe pour commencer.

    Commentaire de S.Martens
  3. Prenez note Que Jean-Paul Eid et Michel Rabagliati sont participants de l’exposition  »BDQ L’art de la bande dessinée » qui aura lieu au Musée Québécois de Culture Populaire à Trois-Rivières du 17 juin au 26 janvier 2018.

    Par le biais de cette exposition, le Musée veut faire découvrir les artistes et les artisans de la bande dessinée québécoise et permettre au public de constater à quel point le Québec regorge de talents dans l’univers du 9ème art. L’exposition présentera en détail le processus de création (scénarisation, recherche graphique, mise en page, encrage, etc.) d’une bande dessinée et les différentes techniques utilisées. Le visiteur découvrira que la bande dessinée québécoise n’a rien à envier à la BD européenne ou américaine!

    Bédéistes partenaires de l’exposition
    Jimmy Beaulieu, Iris Boudreau, Delaf et Dubuc, Tristan Demers, Djief, Jean-Paul Eid, Philippe Girard, Réal Godbout, Thierry Labrosse, Jacques Lamontagne, François Lapierre, Stéphanie Leduc, Mario Malouin, Mikaël, François Miville-Deschênes, Michel Rabagliati, Julie Rocheleau, Denis Rodier, Yves Rodier, Daniel Shelton, VoRo, Zviane.

    Le Musée québécois de culture populaire est situé au centre-ville de Trois-Rivières. http://www.culturepop.qc.ca

    Commentaire de Christian Proulx

Laisser un commentaire

(requis)