FTA : trois spectacles qui intègrent le multimédia

31 mai 2016

1_Siri_cr_Hugo-B.-Lefort-1
Le spectacle Siri sera présenté au Prospero du 1 au 3 juin. Crédit : Hugo B. Lefort

Le Festival TransAmériques bat son plein  juqu’au 8 juin. Voici quelques spectacles intéressants à découvrir pendant cette deuxième moitié de l’événement, qui ont en commun de faire la part belle aux nouvelles technologies et au mutlimédia.

Con Grazia (1er au 3 juin à l’Espace Libre)

Dans ce spectacle hybride qui allie danse et performance sonore, Anne Thériault et Martin Messier célèbrent l’agonie du monde matériel. La destruction est à l’honneur, alors que les marteleurs s’appliquent à la tâche suivant une partition précise et que les objets, choisis pour leurs harmonies sphériques, volent en éclats. Une expérience qui ne laisse rien au hasard et promet d’hypnotiser, de fasciner, de troubler et de faire réfléchir le spectateur.

Siri (1er au 3 juin au Prospero)

Nous connaissons tous Siri, cette sympathique voix sans visage qui vit dans notre iPhone et a réponse à tout, ou presque. Dans ce spectacle étonnant conçu par Maxime Carbonneau, la comédienne Laurence Dauphinais s’amuse à dialoguer avec cette créature à la fois intangible et tellement réelle, figure emblématique de l’intelligence artificielle. Réagissant spontanément aux réponses que son étrange interlocutrice synthétique lui fournit, elle met en place une stratégie ingénieuse pour amener Siri à dévoiler les zones d’ombre de sa personnalité. Interrogée sans relâche par l’habile comédienne, Siri l’insaisissable se laissera-t-elle convaincre de révéler tous ses secrets?

J’aime Hydro (6 au 8 juin au Centre du Théâtre d’Aujourd’hui)

Passionnant feuilleton politique, J’aime Hydro appartient à une catégorie qui semble de plus en plus prisée par les créateurs, soit le théâtre documentaire, parfois appelé documentaire scénique. La comédienne Christine Beaulieu a mené une vaste enquête de terrain. Elle a rencontré des groupes de citoyens, visité des barrages, assisté à des audiences publics et rencontré des hauts dirigeants d’Hydro Québec. Sur scène, elle livre les résultats de son labeur et interroge le rapport qui lie les Québécois à cette société d’État avec, en filigrane, un questionnement fort pertinent : sommes-nous toujours maîtres chez nous?

Quel spectacle avez-vous vu ou irez-vous voir au FTA cette année?