Des œufs qui crèvent l’écran

20 mars 2016

Avec le printemps et Pâques, temps du renouveau, de la fertilité et de la vie qui reprend, les oeufs envahissent notre champ de vision et aguichent nos pupilles, avant même de ravir nos papilles. En attendant de les déguster, qu’ils soient en chocolat ou en sucre, apportés par les lapins, poules ou cloches de Pâques, je vous convie à une chasse aux cocos particulière: celle des oeufs qui ont crevé l’écran. Porteurs de surprises, ces oeufs dans les films n’en sont pas pour autant toujours digestes!

L’oeuf magique: HARRY POTTER À L’ÉCOLE DES SORCIERS (Chris Columbus – 2001), HARRY POTTER ET LA COUPE DE FEU (Mike Newell – 2005)

Débutons avec l’enfance et la magie, avec la fascination que l’oeuf sur le point d’éclore exerce sur les plus jeunes… Comme sur les plus grands. Avec Harry Potter, le sorcier le plus célèbre de sa génération, si un oeuf surgit sur son parcours, que ce soit lors de sa première année à Poudlard ou à l’occasion de la compétition entre les différentes écoles de sorcellerie, il ne peut certainement pas s’agir d’un oeuf de moldu, au contenu jaune et blanc… Ni même en chocolat!

L’oeuf paléontologique: JURASSIC PARK (Steven Spielberg – 1993)

Pas de dragon caché dans l’oeuf ici mais des êtres tout aussi fascinants et d’autant plus terrifiants qu’ils ont, bien que dans un passé très très lointain, déjà existé: les dinosaures. Dans un parc qui redonne vie à des êtres gigantesques qui n’ont jamais croisé l’humain, un oeuf de Tyranosaurus Rex (T-Rex pour les «aficionados»), ça n’est pas un cadeau laissé là par un gentil ti’lapin!

20

L’oeuf intergalactique: ALIEN (Ridley Scott – 1979)

Après la reconstitution et la mise en couveuse d’oeufs issus d’un passé terrestre lointain, c’est à l’existence d’oeufs découverts dans le futur que nous nous frottons aux côtés de l’indémontable lieutenant Ellen Ripley. Dans les différents opus d’Alien, ce n’est pas celui qui cherche et trouve l’oeuf qui chasse…

2020

L’oeuf de jouvence: COCOON (Ron Howard – 1985)

Mais ne soyons pas pessimistes! Des oeufs venus de l’espace peuvent aussi être bénéfiques et porteurs de vertus insoupçonnées. Les chanceux retraités du film Cocoon font partie des rares exceptions pour qui les oeufs extraterrestres ont favorablement changé le cours de leur vie. De quoi renouer avec les cocos… Cocons.

L’oeuf horrifique: HUMPTY DUMPTY – THE UNTOLD STORY (Jullian Josland – 2011)

Ce billet ne serait pas complet s’il ne faisait pas mention de l’oeuf le plus célèbre de la littérature et du cinéma, j’ai nommé: Humpty Dumpty. Sans aucun doute LA superstar des oeufs du grand écran, voici un clin d’oeil à contre-emploi pour ce personnage mystérieux qui flotte dans l’imaginaire collectif.

L’oeuf comique: THE LIVE GHOST (Laurel et Hardy – 1934)

Après ce panier d’oeufs pour le moins fantastiques, terminons ce billet en remettant l’oeuf à sa place, soit dans nos assiettes et nos bouches avec humour! Dans ce film de Laurel et Hardy, l’intérêt de l’oeuf à croquer ne réside pas dans son contenu… Mais bien dans sa coquille même! Surprenant!

JOYEUSES PÂQUES À TOUS!

ET, SI ÇA VOUS TENTE, PARTAGEZ AVEC NOUS LES OEUFS SUR GRAND ÉCRAN DONT VOUS ÊTES-VOUS RÉGALÉS!

Marion Gouiry (14 billets)

Exploratrice des arts, juriste de formation (oups!), spécialisée en droit du vin et de la vigne (gloups!), Marion Gouiry a quitté le pays des vins et des fromages (miam! et re-gloups!), pour tomber en amour avec le Québec. Son pays de toujours: les mots. Les mots écrits, contés, chantés, incarnés, imagés. Elle organise des soirées littéraires, souffle à l'occasion dans ses ruines-babines et poursuit son exploration des arts tout en travaillant chez ICI ARTV.

Laisser un commentaire

(requis)