12 livres qui ont fait de nous les femmes que nous sommes

8 mars 2016

À l’occasion de la Journée internationale des droits des Femmes, nous avons cogité entre collègues féminines (et, disons-le haut et fort parce qu’on n’a même pas peur, féministes) pour dresser une liste des livres qui ont marqué notre parcours. Ces ouvrages, romans, récits ou essais, mettent de l’avant des voix féminines fortes et puissantes, présentent des personnages féminins inspirants ou proposent une réflexion pertinente sur la condition et la réalité des femmes. À travers ces lectures, et bien d’autres encore, nous avons construit notre pensée et notre identité, et pris conscience des défis qui restent à relever pour parvenir à une véritable égalité.

Orlando de Virginia Woolf (1928)

Peut-être moins connu que l’essai Une chambre à soi (qui aurait très bien pu figurer dans cette liste), ce roman surprenant présente l’histoire d’un homme né au 16e siècle, qui semble avoir le don de vivre éternellement. Au fil des siècles qu’il traverse, il se transforme en femme. La lecture entraîne une réflexion sur la condition féminine et, bien avant que ça devienne le sujet de l’heure, introduit en quelque sorte la notion du transgenre.

Le deuxième sexe de Simone de Beauvoir (1949)

Nous avons presque hésité à inclure ce titre dans notre liste tant il relevait de l’évidence. L’essai féministe et existentialiste, qui demeure l’oeuvre la plus connue de Simone de Beauvoir, demeure tout aussi pertinent aujourd’hui, puisqu’il rappelle que les femmes n’ont pas à suivre un destin tracé d’avance, qu’elles peuvent s’émanciper et prendre le contrôle sur leur vie. À mettre entre les mains de toutes les jeunes féministes et, peut-être davantage encore, de toutes les femmes qui ne croient pas l’être.

simone
La femme mystifiée par Betty Friedan (1963)
Un ouvrage fondateur de la deuxième vague féministe, qui dénonce le rôle traditionnel à laquelle bien des femmes étaient encore cantonnées au début des années 1960, en mettant l’accent sur le caractère structurel de la problématique, ses conséquences dramatiques sur le bien-être et le destin des femmes, ainsi que les outils insidieux qui favorisent son renforcement.
Je sais pourquoi chante l’oiseau en cage de Maya Angelou (1969)
Cette autobiographie (ou roman autobiographique, les analystes en débattent toujours) présente le parcours exceptionnel d’une activiste qui face aux injustices raciales et plusieurs expériences brutales a fait preuve d’une impressionnante résilience.  La vie de Maya Angelou sert une véritable leçon de dignité humaine et dresse un portrait percutant du racisme aux États-Unis depuis les années 30. Une autre lutte qui, comme celle pour les droits des femmes, est loin d’être gagnée aujourd’hui, quoi qu’en disent les .
Femmes qui courent avec les loups de Clarissa Pinkola Estes (1992)
Cet ouvrage psychologique aura permis à plusieurs d’entre nous d’analyser en profondeur notre inconscient féminin en plus de découvrir comment reconnecter avec notre nature sauvage altérée par la société. Une thérapie sur papier!

Harry Potter de J.K. Rowling (1997-2007)

Le personnage d’Hermione Granger, jeune femme brillante et indépendante, a inspiré plusieurs jeunes lectrices à travers les sept tomes de la populaire série fantastique Harry Potter. Au final, on a retenu qu’assumer son intelligence et son côté nerd peut non seulement rapporter gros, mais être aussi franchement réjouissant. Grandir avec Hermione comme modèle, ça a aidé les plus jeunes d’entre nous à intégrer l’idée qu’une femme peut être autre chose que le faire-valoir des hommes. Et quand on pense que celle qui interprète personnage au cinéma, l’actrice Emma Watson, est devenue une véritable icône du féminisme actuel, on ne peut que se réjouir encore plus.

Hermione

Amour, prozac et autres curiosités de Lucia Etxebarria (1997)

Les romans, nouvelles et essais de l’auteure espagnole Lucia Etxebarria présentent souvent des personnages féminins à la fois forts et écorchés. Christina, Rosa et Ana, les trois soeurs mises en scène dans ce roman, n’échappent pas à cette règle. Bien que la vie leur semble insupportable, ces trois femmes tenteront de surnager et de vaincre la solitude et la tristesse qui les étouffent.

L’Art de la joie de Goliarda Sapienza (1998)
Dès les premières pages, le récit happe l’imaginaire avec des scènes charnelles plutôt choquantes. L’héroïne de ce roman italien, Modesta, transgressera tout au long de sa vie les règles établies afin d’être une femme libre et passionnée.  Une ode à l’insoumission!
Putain de Nelly Arcan (2001)
L’écriture crue et sans artifices de Nelly Arcan a marqué toutes les femmes qui ont lu ses puissantes œuvres d’autofiction. Plonger dans l’univers sombre, cinglant, mais lucide de cette auteure laisse invariablement des marques. Ses réflexions sur l’image de la femme moderne, sa relation avec sa burqa de chair ainsi que son rapport à la sexualité nous ont permis d’ouvrir les yeux sur tout un pan de la réalité féminine qu’on craint parfois de regarder en face.
 nellyarcan
King-Kong Théorie Virginie Despentes (2006)
Pour bien des jeunes femmes, la découverte de cet essai «punk» qui déconstruit le discours féministe a eu l’effet d’une illumination. Le rapport au corps, la domination masculine, le viol, la pornographie et la prostitution sont autant de sujets abordés par l’auteure de Baise-moi, qui a une plume aussi incisive qu’efficace. Dès les premières pages, on est hypnotisé par ce court ouvrage coup de poing, qui donne des armes pour continuer la lutte, à la sauce 21e siècle. Et on a le goût de le prêter à toutes nos amies pour pouvoir en discuter avec elles après.
Le féminisme québécois raconté à Camille de Micheline Dumont (2008)

Si nous n’avons pas inscrit les ouvrages des grandes féministes d’ici dans notre liste, ce n’est pas parce que nous nions l’importance de leur apport, bien au contraire. Dans ce livre qui devrait, selon nous, faire partie du cursus obligatoire à l’école secondaire, l’historienne Micheline Dumont relate les divers épisodes du mouvement féministe québécois à sa petite-fille adolescente.

Les tranchées de Fanny Britt (2013)
Notre vision de la maternité est abondamment nourrie de clichés. C’est la prémisse de base sur laquelle se construit ce court essai de Fanny Britt, qui entreprend de déconstruire les lieux communs, les conventions et les idées reçues. À travers de courts chapitres, elle va à la rencontre d’une pluralité de réalités, celles de mères, de mères en devenir mais aussi de non-mères. Entre cri du coeur et analyse, Les tranchées préconisent une redéfinition de ce rôle de mère, si inextricablement lié à celui de femme.

Quels livres ont contribué à forger votre conscience féministe? 

ICI ARTV (264 billets)

L'équipe éditoriale d'ARTV rédige des billets liés à la programmation de la chaîne, mais également des billets à plusieurs mains, sur différents sujets.

Vos commentaires

  1. Surtout « Ainsi soit-elle »de Benoîte Groult! Il devrait obligatoirement être dans la liste!

    Commentaire de Ghislaine Lavoie
  2. Toilettes pour femmes (The Women’s Room) de Marilyn French m’a marquée à la fin des années ’70. Ainsi soit-elle, est sans aucun doute extraordinaire. J’aime beaucoup Benoîte Groulx. Elle publie en 1986, pour la première fois, l’intégralité de la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne de 1791, rédigée par Olympe de Gouges. J’ai découvert une autre facette de cette grande auteure féministe en lisant Les vaisseaux du cœur. Pour les passionnées…

    Commentaire de Tatiana
  3. Bonjour chères lectrices et lecteurs,
    Un livre, concernant le féminisme, m’a passionnée par sa richesse et par sa profondeur; il s’agit de « La fascination du pouvoir » de Marylin French (auteure américaine). Ce livre est un pavé, mais il vaut le détour. Je l’ai lu il y a quelques années, mais je n’ai pas oublié les thèmes et l’argumentation judicieuse de l’auteure que j’invoque encore aujourd’hui!
    Une bible…

    Commentaire de Francine Denis
  4. Lu dans les années ’70 et très intéressant

    Commentaire de He. Bousquet
  5. Ainsi soit-elle de Benoite Groulx

    Commentaire de He. Bousquet
  6. Très inspirante cette liste. Pour ma part , » Femme qui court avec les loups » figurerait en tête de liste. Je le recommande fortement. Bonne lecture.

    Commentaire de Francine Drouin
  7. J’ai beaucoup aimé « The Edible Woman » (La femme comestible) de Margaret Atwood. Écrit en 1969, il s’agit de l’histoire de Marian, fiancée à Peter, qui se met à avoir des troubles alimentaires dès ses fiançailles. Elle se rebiffe contre le rôle qui lui est prescrit d’épouse et de mère. C’est un des premiers (le premier?) roman de Margaret Atwood. J’ai apprécié aussi « La servante écarlate », de la même auteure.

    Commentaire de Marie-Reine Fournier
  8. Bonjour,
    En effet ces livres nous ont marqués Je vous propose bien humblement un fout petit bouquin paru aux Éditions Hurtubise.  » Très chère mère  » d’Éva Böröcz. L’adaptation d’une jeune migrantes au Québec dans les.
    années ’60,
    Mes salutations distinguées
    Éva Böröcz

    Commentaire de Éva Böröcz

Laisser un commentaire

(requis)