10 pièces de théâtre que nous avons ovationnées

24 décembre 2014

Au théâtre, on vit de grandes émotions! On rit, on pleure, on ressort de la salle avec de grandes questions en tête. Parfois le théâtre nous choque et d’autres fois il nous attendrit. Productions dépouillées ou à grand déploiement, expérimentales ou plus traditionnelles, créations ou immuables classiques, il y a de tout, pour tous les goûts. Dans le cadre de nos coups de coeur de l’année, voici les pièces de théâtre qui nous ont fait vibrer.

Ces choix sont le reflet des préférences personnelles des blogueurs d’ICI ARTV, qui sont des passionnés de culture. Pour d’autres coups de coeur culturels de l’année 2014, c’est par ici! 

Cyrano de Bergerac

Théâtre du Nouveau Monde avec Juste pour rire

(à l’unanimité) 

Chez ICI ARTV, tous ceux qui ont été voir Cyrano de Bergerac, cet été, ont été conquis! D’abord, on a été saisi par la performance impressionnante de Patrice Robitaille dans le rôle-titre. On avait l’habitude de voir cet acteur dans des rôles beaucoup plus masculins et, disons-le, «machos». Nous ne nous attendions donc pas à ce qu’il plonge dans l’univers d’Edmond Rostand avec autant d’aisance. Sensible, drôle et extrêmement touchant, ilnous a séduits. Il faut aussi souligner le travail de Magalie Lépine-Blondeau qui a donné une interprétation très sincère de la belle Roxanne, ainsi que des comédiens du reste de la distribution qui ont livré des performances à la hauteur de ce grand classique théâtral. On a aussi aimé la mise en scène colorée et explosive de Serge Denoncourt. C’est tout de même remarquable de réussir une pièce de théâtre de trois heures en alexandrins, sans perdre l’attention du public. L’interprétation est très moderne malgré l’âge du texte. Ça rend le tout très fluide et on n’a pas vu passer les trois heures que dure le spectacle.  De plus, la scénographie, les scènes de combat, les costumes et la musique originale nous ont permis de plonger dans l’histoire de ce soldat au coeur tendre. Bref, Cyrano de Bergerac a été un gros coup de coeur qui nous a mis la larme à l’oeil et en aura réconcilié plusieurs avec les pièces de théâtre classiques.

Cyrano_TNM_YvesRenaud

Crédit: Yves Renaud / Site web du Théâtre du Nouveau Monde. 

Les Particules Élémentaires

Festival TransAmériques

Cette adaptation du roman de Michel Houellebecq résulte en une pièce de théâtre coup-de-poing. Au Théâtre Maisonneuve de la Place-des-Arts dans le cadre du FTA, on a pu voir cette jeune troupe de théâtre française, Si vous pouviez lécher mon coeur, revisiter une des oeuvres phares de l’auteur. Cette relecture nous a permis de mieux comprendre le roman et de l’apprécier encore davantage. La mise en scène donnait parfois une impression intéressante de mélange entre le théâtre et un spectacle de rock. La scénographie donnait amplement d’espace de jeu aux dix comédiens pour ajouter une dimension physique à leur interprétation.

Les aiguilles et l’opium

Théâtre du Nouveau Monde

Quel plaisir de retrouver Marc Labrèche sur scène! Ce grand comédien nous captive autant au théâtre qu’à la télévision. Il n’est donc pas surprenant que, dans une mise en scène de Robert Lepage, il soit tout simplement renversant. Nous étions bien heureux de savoir que Robert Lepage ramenait sur scène cette pièce de théâtre créée il y a déjà 22 ans. Le décor, un cube qui pivote dans les airs, est une superbe métaphore d’un monde qui bascule. Selon les différentes expériences de nos collègues, tous étaient d’accord pour dire que, pour bien saisir tout l’effet de cette impressionnante scénographie, les meilleures places devaient être au centre du balcon. On y a vécu une expérience magique dans un univers où il est question de Miles Davis, de jazz et de Jean Cocteau. On est loin du théâtre conventionnel. Les aiguilles et l’opium a été un si grand succès que la pièce sera de retour au TNM, après une tournée aux quatre coins de la planète, du 11 au 20 juin 2015.

Cock

Espace 4001

Cock n’a eu que deux semaines de représentations dans une petite salle de spectacles de Montréal. Cette pièce de théâtre présente des thèmes universels et très actuels qui parlent à toute une génération. C’est l’histoire d’un homme homosexuel, en couple depuis plusieurs années, qui rencontre une jeune femme qui le fait soudainement douter de son orientation sexuelle. Amoureux à la fois d’une femme et d’un homme, il se voit forcé de faire un choix. La connexion entre les trois comédiens principaux était très forte et ça donnait un jeu puissant. La mise en scène simpliste laissait, quant à elle, place aux dialogues poignants de cette pièce très bien écrite. Le comédien Alexandre Goyette qui jouait le «chum», assurait aussi la traduction de cette pièce créée à Londres en 2009 et il en a aussi signé la mise en scène. Cock est un très beau projet et on espère que Goyette nous reviendra bientôt avec une nouvelle pièce.

Cock

Crédit: Sarah Dellah 

The Dragonfly of Chicoutimi

En reprise à l’Espace Go

Bon… bien que cette production du Théâtre PÀP, mise en scène par Claude Poissant, ait été créée en 2010 au FTA et qu’elle ait été reprise presque chaque année, pour plusieurs d’entre nous, c’était la première fois que nous y assistions. Nous savions qu’elle avait reçu de très bonnes critiques, mais nous ne nous attentions pas à recevoir une aussi grande «claque dans la face» en entrant dans la salle de l’Espace Go. Car c’est ça, The Dragonfly of Chicoutimi: une prise de conscience au sujet de l’identité. Le texte de Larry Tremblay est percutant et une bonne écoute est nécessaire pour en saisir toutes les subtilités. Le personnage principal, Gaston Talbot, s’exprime presque toujours en anglais simplissime, avec un accent québécois prononcé. C’est un monologue divisé entre cinq comédiens dans une scénographie qui les séparent. Ils jouent ensemble, presque sans se voir, dans une synergie impressionnante et avec un jeu physique remarquable. Après la représentation, les spectateurs vibraient encore sous le coup de la chute du spectacle.

Les Liaisons dangereuses

La Compagnie Jean Duceppe

Serge Denoncourt a fait un travail remarquable avec cette adaptation du grand classique de Laclos.  Cette version théâtrale nous a fait redécouvrir la classique histoire de trahison alors que l’action a été transposée dans les années 1940. Les acteurs étaient bons et beaux. Notons les costumes magnifiques inspirés par le style «New Look» du couturier Christian Dior. La scénographie était tout aussi impressionnante avec son décor tournant. Bref, c’est une histoire qu’on aime beaucoup et on a grandement apprécié d’assister au jeu de séduction entre Éric Bruneau, Julie LeBreton et Magalie Lépine-Blondeau.

Being at home with Claude

Théâtre du Nouveau Monde

Le duo Benoit McGinnis / Marc Béland nous a jetés par terre. Deux acteurs dont on connaissait depuis longtemps l’étendue du talent, mais qu’on a eu le privilège de voir réunis sur scène. Le long monologue de Benoit McGinnis, à la fin de la pièce, était absolument poignant et, dans la salle, on vivait l’émotion avec lui. Un véritable moment de grâce qui nous a bouleversés. La direction d’acteurs du metteur en scène Frédéric Blanchette laissait toute la place à la langue de René-Daniel Dubois. Un classique qui vient, encore une fois, de confirmer son statut dans la dramaturgie québécoise.

Being at home with Claude_TNM

Crédit: Yves Renaud / Site web du TNM 

Lumières, lumières, lumières

Espace Go

L’auteure Evelyne de la Chenelière s’est inspirée de deux personnages du roman Vers le phare de Virginia Woolf  pour faire un spectacle qui nous questionne sur les moments, la vision, l’espace et le temps.  Evelyne de la Chenelière a justement gardé le langage de Woolf dans son texte. Pendant de longs passages,  les personnages s’approchent d’une idée sans véritablement y toucher. La mise en scène de Denis Marleau magnifiait le texte et les deux comédiennes, Anne-Marie Cadieux et Évelyne Rompré, étaient très justes. Leur interprétation était délicate à souhait. La scénographie était épurée et, sur le mur de fond, les projections d’eau rappelaient subtilement les circonstances de la mort de Woolf. À l’image du personnage de Lily Briscoe, qui est peintre, cette pièce de théâtre est comme une aquarelle où les touches de peinture sont douces et subtiles, mais forment un tableau sublime.

26 lettres: Abécédaire des mots en perte de sens

Théâtre d’Aujourd’hui avec le Jamais Lu

Ce spectacle a été créé en 2013 durant le Festival du Jamais Lu de Montréal. Oliver Choinière a eu l’idée de rassembler 26 auteurs, de leur assigner une lettre de l’alphabet, puis un mot commençant par cette lettre et de les inviter à écrire une lettre à la personne de leur choix à partir du mot en question. Les 26 auteurs de théâtre sont ensuite montés sur scène pour lire et interpréter leurs écrits afin de redonner un sens à ces mots malmenés dans notre société contemporaine. Le concept a été repris cette année, pour deux soirs, avec presque tous les auteurs de la première mouture. Parmi les auteurs qui se sont prêtés au jeu, il y avait Michel Marc Bouchard, Dominic Champagne, Carole Fréchette, Larry Tremblay, Guillaume Corbeil et Christian Lapointe. Des auteurs de différentes générations, avec différentes plumes et différentes visions. Cette fois sur la scène du Théâtre d’Aujourd’hui, ils ont lu 26 nouvelles lettres. Ce projet d’Olivier Choinière pourrait devenir un événement annuel puisque ce ne sont pas les mots à réhabiliter qui manquent. Coup de coeur de l’édition 2014: Le texte de Fabien Cloutier adressé à Michel Tremblay. Au cours de sa lettre, il s’interroge sur le monde (le vrai). Et les réflexions de Fabien Cloutier sont hilarantes. Bref, cette lecture publique, d’où on est ressorti la tête remplie de réflexions, nous a fait passé une belle soirée au théâtre !

olivier-choiniere-spectacle-26-lettres

Crédit: Sébastien Gros 

Icare

Théâtre du Nouveau Monde

Icare nous a surtout éblouis. Avec à sa tête, le duo de metteurs en scène de Michel Lemieux et Victor Pilon, on ne s’attendait pas à moins. Lemieux et Pilon font du théâtre multidisciplinaire. Ils intègrent à la scène les arts visuels, les nouvelles technologies, le cinéma et même la danse dans leurs spectacles. Pour Icare, on a encore eu droit à une mise en scène impressionnante. Il y avait parfois tellement d’effets visuels que cela déconcentrait le regard des spectateurs et nous détournait de la performance des acteurs de talents. Malgré tout, c’est une proposition différente des représentations théâtrales habituelles. Ça renouvelle l’expérience du spectateur devant une pièce de théâtre et c’est surtout pour cela qu’on a aimé le mythe d’Icare revisité par le duo Lemieux et Pilon.

 Icare_TNM

Crédit: Yves Renaud / Site web du TNM 

Et vous, quelles pièces de théâtre vous ont conquises en 2014?

Les blogueurs qui ont participé à cette liste sont : Chantal, Émilie, Félix, Jeanne, Joanie, Katherine, Katia, Marion et Pierre-Anaïs 

Mots clés :

ICI ARTV (260 billets)

L'équipe éditoriale d'ARTV rédige des billets liés à la programmation de la chaîne, mais également des billets à plusieurs mains, sur différents sujets.

Vos commentaires

  1. Eden Motel -Espace Libre

    Commentaire de Steave Ruel
  2. « Tu te souviendras de moi » de François Archambault pour l’intelligence du propos et le jeu magnifique de Guy Nadon.

    Commentaire de D. Champagne
  3. J’ai vu Cyrano cet été avec ma famille dont mon adolescent de 13 ans. J’étais bien heureuse qu’il voit cette magnifique version. J’ai aussi été invitée à voir les Liaisons dangereuses qui a été aussi pour moi, une version exceptionnelle. Chapeau à Patrice Robitaille et Julie LeBreton.

    Commentaire de Véronique Richard

Laisser un commentaire

(requis)