Les sessions : Joseph Arthur à l’ARTVSTUDIO

11 juillet 2014

Le prochain artiste qui se produira sur les planches de l’ARTVstudio est loin d’être un nouveau venu sur la scène musicale. Il s’agit de l’auteur-compositeur-interprète Joseph Arthur, originaire d’Akron en Ohio (ville qui a, par ailleurs, vu naître les Black Keys). Celui qui a été découvert par nul autre que Peter Gabriel dans les années 1990 a fait paraître en mai l’album Lou: The Songs of Lou Reed. Comme son titre l’indique sans ambiguïté, ce disque rend hommage au leader du Velvet Underground, décédé en 2013.

Ce dernier était pour Joseph Arthur à la fois un ami et une source d’inspiration. Jeudi prochain, vous aurez la chance d’entendre quelques-unes des pièces de cet album, qui contient des classiques comme Walk on the Wild Side, Satellite of Love et Heroin, mais également des morceaux plus méconnus.

Le saviez-vous? En plus d’être un musicien chevronné dont la réputation n’est plus à faire, Arthur est également un artiste visuel de talent.

joseph-arthur-art

Source: Page Facebook de Joseph Arthur

Quand?
Jeudi 17 juillet 20h30

À L’ARTVstudio
Au cœur de la Place des Arts
1600, rue Saint-Urbain, Montréal
(entre la salle Wilfrid-Pelletier et la Maison symphonique)

Événement Facebook

Découvrez toute la programmation de notre série estivale, Les Sessions, présentée en collaboration avec Bonsound Concerts.

Retour sur le spectacle de Lisa Leblanc

Lisa LeBlanc-4321
Crédit: BODOÜM Photographie

Hier soir, les fans s’étaient déplacés nombreux pour assister à la prestation de l’Acadienne préférée des Québécois, la très charismatique Lisa Leblanc. L’ARTVstudio s’est rempli en un clin d’oeil, ce qui n’a pas empêché quelques dizaines de personnes, refoulées à l’entrée, d’assister au spectacle depuis le couloir de la Place des Arts.

Lisa LeBlanc-4429
Crédit: BODOÜM Photographie

Fidèle à son habitude, la jeune auteure-compositrice-interprète a réchauffé la foule avec J’pas un cowboy.  Conquis d’avance et connaissant visiblement toutes les paroles par coeur, le public enthousiaste a commencé à chanter avec elle dès les premières mesures. Il faut dire que Lisa Leblanc est une véritable bête de scène, dont l’énergie est particulièrement contagieuse.

Après deux autres succès bien connus de tous (Cerveau ramolli, Du duvet dans les poches), elle a tenu à présenter deux nouveautés, qui se retrouveront sur son prochain album, un EP de langue anglaise qui paraîtra au mois de novembre prochain sous étiquette Bonsound.

Lisa LeBlanc-4216
Crédit: BODOÜM Photographie

L’artiste a ensuite offert à ses fans une parenthèse plus intime. Seule sur scène, elle a enchaîné les ballades Juste parce que j’peux et Kraft Dinner. Les trois musiciens qui l’accompagnaient sont remontés sur scène pour Downtown, Chanson d’une rouspéteuse et une dernière chanson en anglais, précédée d’une savoureuse anecdote impliquant un sosie de Hugh Heffner en version Nashville et éloquemment intitulée «Gold-digging ho down».

Lisa LeBlanc-4272
Crédit: BODOÜM Photographie

Au moment du rappel, on a eu droit, sans surprise, au désormais classique  Aujourd’hui, ma vie c’est de la marde. Ledit rappel, d’ailleurs, s’est finalement éternisé bien au-delà des deux morceaux prévus à l’origine. Généreuse comme pas une, l’artiste a spontanément proposé au public quelques pièces supplémentaires.

Le spectacle, qui devait initialement durer une heure, a finalement pris fin à 22h30, au grand bonheur des fans, dont certains faisaient le pied de grue devant la porte depuis plus de trois heures. À voir les sourires sur les visages à la sortie de l’ARTVstudio, il faut croire que le jeu en valait largement la chandelle.

Lisa LeBlanc-4059

Lisa LeBlanc-4380

Crédit: BODOÜM Photographie