10 questions à Saturnome, auteur de Bande dessinée

29 juillet 2014

 

Visuel_Portrait-Saturnome

J’ai posé dix questions à l’auteur de bande dessinée Saturnome, que j’ai découvert grâce aux libraires de chez Planète BD, alors que je cherchais des blogueurs à suggérer pour ma revue de l’année. Puis, Iris et Zviane ont tour à tour classé Saturnome parmi les blogueurs BD à découvrir absolument, et je ne peux qu’acquiescer. Difficile de ne pas rire aux larmes en lisant ses histoires de la culture inutile, telles que les origines du flamant rose en plastique. Ce qui est formidable avec ses BD, c’est que chaque détail est vérifié par l’auteur, qui effectue des recherches approfondies avant de réaliser ses oeuvres. Ses réponses à mon questionnaire reflètent tout à fait cette curiosité boulimique qui le caractérise. À quand un album de Saturnome aux éditions de La Pastèque?

1- Comment êtes-vous devenu auteur de BD? 

J’avais tout simplement envie de raconter des choses. J’ai tout abord fait du jeu vidéo, du dessin animé. Finalement, la bande dessinée, c’est ce que je trouve le plus pratique.

2- Qu’est-ce qui vous allume dans votre métier?

La créativité et la communication, le partage. L’immense plaisir qu’il y a de voir que ça intéresse des gens. (Mon métier? Euh…)

3- Quelle facette de votre travail vous déplaît?

Voyons, voyons, faire de la bande dessinée c’est la meilleure chose au monde! C’est juste très fastidieux, ça mange beaucoup de temps et d’énergie pour quelque chose qui se lit rapidement, ça ruine la santé, ça rend fou (ou alors il faut déjà être fou pour en faire), on est mal vu par le grand public, on se demande constamment pourquoi on fait ça, c’est vraiment pas le meilleur moyen d’espérer être riche un jour, ça rend fou, on sait pas si c’est vraiment utile, ça rend fou, ça rend fou, mais en tout cas c’est vraiment la meilleure chose au monde.

4- Si vous n’aviez pas de limite,
quelle serait la BD que vous rêveriez de réaliser?

L’encyclopédie complète de toutes les choses intéressantes qui se sont passées dans l’histoire du monde. Ou qui vont se passer. Tant qu’à n’avoir aucune limite! Ce serait bien d’être la seule personne au monde capable de voir dans le futur, et de s’en servir juste pour raconter des anecdotes en bande dessinée, genre le succès inespéré d’un revival local de Starmania en 2240.

5- Ce qui vous inspire?

J’adore l’histoire. Pas exactement celle enseignée dans les classes, mais plutôt celle qui permet de découvrir dans quel contexte vivaient les gens à telle ou telle époque, et ce que cela explique sur leur comportement, l’histoire de l’art, l’histoire de la science, etc. J’aime beaucoup le cinéma aussi, tout particulièrement les dernières années du cinéma muet, j’y trouve quelque chose de très unique et inspirant.

6- Un album qui vous a marqué?

Little Nemo in Slumberland , une série américaine qui a paru entre 1905 et 1911 et qui a été rééditée entre autres en deux albums reproduisant leur taille originale absolument gigantesque. Le dessin est fantastique et les albums me donnent l’impression de consulter des manuscrits enluminés empreints d’un onirisme complètement envoûtant, si particulier à cette époque (comme les très vieux films du magicien Georges Méliès). Il y a quelque chose dans ce mélange qui me fait retomber en enfance. Relecture après relecture, j’ai l’impression d’être en train de découvrir quelque chose d’infiniment précieux. Et j’ai l’impression de ressentir toute la joie et l’émerveillement qu’il y avait à être un pionnier de la bande dessinée et d’en découvrir tout le potentiel inexploré.
Ce fut mon premier achat à la feu librairie Phylactère, à Québec, il y a 3 ans. J’ai voulu commencer ma collection en grand!

7- Un auteur à découvrir?

C’est un incontournable, mais quand même j’ai envie de dire Osamu Tezuka. Quelque chose me fascine dans sa très grande carrière, il a pris de nombreuses directions très différentes, constamment en train de se renouveler mais (presque) toujours reconnaissable. J’aime son style de grand enfant, candide, bourré d’imagination et sa capacité à insérer de l’humour dans un drame. Comme un ami disait, il prend souvent dans ses oeuvres des positions pacifistes, écologiques et contre le racisme d’une manière très simple, mais cela leur donne une sincérité et une sorte de génie qui s’exprime dans la clarté. Tezuka mérite son statut de légende. Son oeuvre est immense et tout n’a pas été traduit; par exemple son adaptation de Bambi, une de ses premières oeuvres, risque de ne jamais l’être mais j’aimerais bien la voir!

8- Votre blogue BD préféré?

Un seul? Un seul?? Je ne suis plus capable de subir la torture du choix, alors je vais me faire plaisir et en nommer quelques zillions! Le premier blogue de bande dessinée que j’ai suivi fut celui de Boulet, et pendant longtemps ce fut le seul. Je le suis toujours, évidemment, et il est meilleur que jamais. D’autres Européens épatants sont mes bons amis Mortis Ghost et eXaHeVa, qui m’ont donné l’envie de faire tout comme eux et partir mon propre blogue. Au Québec, il y a véritablement une pléiade de blogueurs à ne rater sous aucun prétexte, il faut surveiller Iris et Zviane, deux petites nouvelles qui, croyez-en ma vieille expérience, iront très loin. Cathon a un dessin absolument épatant et qui est meilleur chaque jour, je suis vraiment convaincu qu’elle aura très vite le meilleur coup de crayon du pays (si ce n’est pas déjà le cas). Et j’espère que vous suivez Glorieux Printemps de Sophie Bédard, dont la fin approche (je ne sais pas très bien comment je vais vivre ma vie après). Et puis, de retour en Europe, il y a Ima, Mirion Malle, et puis des gens à qui je n’ai jamais adressé la parole mais ce n’est pas leur faute, Thomas Mathieu, Tarmasz, Thomas Wellman, Charlotte Dumortier … euh… je pourrais continuer longtemps comme ça… Je … je vais m’arrêter là … Han j’oubliais Grands Moments! Et j’oubliais aussi … hmm… c’est bon j’arrête … Ah! vous connaissez l’humour scientifique de Saturday Morning Breakfast Cereal ? Ensuite il … Ok, c’est bon, stop, fini, N-I-NI .

9- Si vous aviez un conseil pour un jeune qui rêve de faire de la BD
ça serait lequel?

Faites-en! Dévouez-y du temps. Ne lâchez *jamais*, tant que c’est votre rêve. À force de faire de la bande dessinée vous allez découvrir vos forces et vos faiblesses. C’est là où j’en suis.

10- La question qu’on ne vous pose jamais,
mais à laquelle vous aimeriez répondre ?

C’est parce que j’ai fini par comprendre qu’il n’existe aucune situation où quelqu’un me posera une question sur l’invention de la vis à tête carrée ou sur les débuts de l’industrialisation de la chaise que j’ai décidé de faire des bandes dessinées sur ces sujets!

Visuel_Saturnome-sur-le-web

Site web Vimeo | Facebook | Twitter |

Saturnome-1

Couverture Le guide illustré de la culture inutile

Saturnome-2

Saturnome-3

Cliquez sur l’image pour lire l’histoire

Saturnome-4

Cliquez sur l’image pour lire l’histoire

Saturnome-5

Cliquez sur l’image pour lire l’histoire

Saturnome-6

Cliquez sur l’image pour lire l’histoire

Saturnome-7

Cliquez sur l’image pour lire l’histoire

Saturnome-8

Cliquez sur l’image pour lire l’histoire

Saturnome-9

Cliquez sur l’image pour lire l’histoire

 

Saturnome-10

 

Marie-Loïc Sénamaud (26 billets)

Marie-Loïc Sénamaud est un personnage coloré. Passionnée, elle parle fort, rit beaucoup et bouge sans cesse. Mais donnez-lui du papier et un crayon, elle deviendra sage comme une image. Initiée à la BD avant même de savoir lire, Marie-Loïc a pris à 13 ans la décision de se diriger en arts, après avoir découvert des auteurs comme Régis Loisel et Enki Bilal. À l’emploi d’ARTV depuis les débuts de la chaîne, elle apprécie pleinement la chance qu’elle a de travailler dans un milieu culturel.

Laisser un commentaire

(requis)