5 spectacles à ne pas manquer au FTA

20 mai 2014


BlocInfolettre-930x522-EffetFTA-v1

Le Festival TransAmériques se déroulera cette année du 22 mai au 7 juin. La programmation, une fois de plus, a tout pour intriguer et attirer l’amateur d’arts de la scène. 27 oeuvres uniques en leur genre ont été sélectionnées pour cette huitième édition.

La cuvée de cette année sera certainement mémorable, puisqu’il s’agit de la dernière pour la directrice générale et artistique Marie-Hélène Falcon, qui passera ensuite le flambeau à Martin Faucher.

Marie-Hélène Falcon / Source : FTA

ICI ARTV est fière de contribuer au rayonnement de la huitième édition du FTA à titre de Grand partenaire média. Tout au long du Festival, nous proposerons des points de vue éclairants sur les différents spectacles grâce à la diffusion en ligne des capsules L’Effet FTA.

Dans ces courtes vidéos, diverses têtes d’affiche de la chaîne livreront leurs impressions, à chaud, sur un spectacle qu’ils viendront tout juste de voir. De plus, une capsule spéciale sera consacrée à Marie-Hélène Falcon, pour souligner ses trente années de travail acharné et inspiré.

Voici quelques spectacles à
ne pas manquer au Festival

Le NoShow

22 mai à 20 h 30 et 3,4, 5 juin à 19 h 
Cinquième salle
**CAPSULE L’EFFET FTA À VENIR**

Ils sont irrévérencieux, inventifs, effrontément jeunes. Ils vous entraînent dans un événement férocement festif pour mettre la hache dans quelques tabous artistiques, dont celui de l’argent. Vous devrez acheter votre billet sur place, et vous aurez le choix entre six tarifs — dont ne rien payer. Mais ceci n’est que la première décision qui vous attend ; plusieurs autres défileront. À coups de textos, c’est vous qui déterminerez ce que sera le NoShow.

On dit que « The show must go on ». D’accord, mais pourquoi ? Quelle valeur accordez-vous au théâtre ? Et à quel prix doit-on s’y vouer ? Vous voilà partie prenante d’un univers à la fois réel et fictif, où le coût du théâtre et sa valeur comme art s’affrontent avec un humour carnassier.

Phèdre

26,27 et 28 mai à 20 h 

Irriguée par les imaginaires d’Euripide, Sénèque, Racine et Sarah Kane, cette puissante réécriture du mythe de Phèdre s’arrime à l’époque actuelle, à ses zones d’incertitude et à ses dérives.

Après avoir ébloui les festivaliers en 2010 avec la poésie âpre de Cendres, le brillant auteur et metteur en scène Jérémie Niel, rigoureux explorateur de l’indicible, est de retour avec une œuvre hypnotique. Un paysage scénique aux noires pulsations où, à travers les mots qui transpercent le silence, se rencontrent avec fracas l’intime et le social.

 

Todo el Cielo sobre la tierra

27 et 28 mai à 19 h
Salle Ludger-Duvernay

Une île, balayée par le vent. Dans ce paysage de solitude erre Wendy, étreinte par la terreur de l’abandon. Ici, le doux Pays imaginaire de Peter Pan devient l’île-tombeau d’Utoya où 69 jeunes Norvégiens furent condamnés à ne jamais vieillir. Un sort parfait, peut-être, pour cette Wendy désaimée, hantée par l’inexorable dépérissement de la chair. Convoquant un orchestre, des crocodiles, de vieux danseurs chinois et une prise de parole corrosive, Tout le ciel au-dessus de la terre est un conte halluciné, ensorcelant, qui, de Neverland à Shanghai, plonge dans la saleté et la violence du monde pour en extirper de lumineux éclats de poésie.

Germinal

29, 30 et 31 mai 20 h / 1 juin 16 h
Maison Théâtre
**CAPSULE L’EFFET FTA À VENIR**

Quatre australopithèques éberlués — et plutôt futés ! — font une série de découvertes majeures en un temps record. Ils établissent une méthode de classification hautement faillible qui consiste à séparer les choses qui font poc poc de celles qui ne font pas poc poc. Mine de rien, dans un microcosme hors normes, tout juste grand comme une scène, ils démontent brillamment la mécanique de la création théâtrale, et nous offrent une épopée philosophique déjantée et jubilatoire. Franchement hilarant.

Les particules élémentaires

30 mai 19 h et 31 mai 15 h 
Théâtre Maisonneuve
Un tout jeune metteur en scène de 26 ans, Julien Gosselin, a eu le culot de porter à la scène le roman phare de Michel Houellebecq. Par la grâce d’une parole souveraine d’un prodigieux ascendant, 10 acteurs flamboyants racontent la misère affective, sexuelle et existentielle de la civilisation occidentale.
Dans cette fresque théâtrale jouissive, qui nous porte de mai 1968 à un futur rapproché, les comédiens se font narrateurs, personnages, commentateurs et musiciens, créant des conventions théâtrales ou les abolissant avec une étonnante fluidité. Ils happent le spectateur au cœur du temps présent, passant du lyrisme à l’ironie, du social au philosophique, de l’intime à l’universel. Une révélation !