La petite histoire de la gougoune

22 mars 2014


gougoune

Mon dieu que le  printemps tarde à venir !!! Mes bottes me semblent de plus en plus lourdes et je rêve d’enfiler mes tongs pour circuler où bon me semble, en un coup d’orteils! Je m’ennuie tellement du flip, flop, flip, flop! qui résonne à mes pieds et qui avise tout le monde qu’une gougouneuse se pointe à l’horizon. Mais d’où vient cette chaussure pratique et légère, présente dans toutes les garde-robes du monde ou presque?

La tong vient des Égyptiens qui, pour éviter de se brûler les pieds sur le sable chaud du désert, ont inventé une sandale modeste composé initialement d’une feuille de papyrus retenue par des lanières de cuir, il y a de ça 5000 ans. Plusieurs pays l’ont aussi  adapté et adopté alors que certains l’ont même proposé avec une semelle de bois, ouch! Ce qui est fascinant dans l’histoire de la tong, c’est qu’elle a su plaire à toutes les classes sociales et ce, dès sa création.

Elles portent plusieurs noms cette fameuse petite sandale, tong, tongue, tongo, nu-pied ou gougoune au Québec, mais le plus célèbre demeure la tong. L’origine de ce qualificatif vient de nos voisins américains qui, pendant la guerre du Vietnam, l’ont baptisé Thong qui signifie «lanière» en vietnamien.

C’est en 1920 au Brésil, que la tong  prend son véritable envol commercial  alors qu’elle envahie les plages de Copacabana. La tong de plastique arrive dans les années 50 alors que la version en cuir voir le jour dans les années 1970. Le premier producteur mondial de tong est situé au Brésil. En 2012, il aurait fabriqué plus de 4 milliards de paires de gougounes.

Aujourd’hui, le monde de la mode s’est emparée de cette légendaire chaussure et certains modèles de designers peuvent désormais coûter jusqu’à 23 000$. Ishhh! Pas certaines que ce soit pour moi mais une chose est claire, je continue de rêver d’en enfiler une paire tout bientôt… même si j’ai trouvé les miennes dans une pharmacie du coin.

Et vous porterez-vous la gougoune ce printemps ou cet été?

 

Mots clés :

Chantal Côté (11 billets)

La vie de Chantal se résume facilement en 4 mots : mange, danse, lis... pis cours! Celle qui possède plusieurs années d'expérience comme journaliste et chef de contenu se passionne pour le flamenco depuis 20 ans. C'est avec gourmandise qu'elle dévore les petits plats qu'elle mitonne avec talent... et tous les bouquins qui lui tombent sous la dent!

Laisser un commentaire

(requis)