Broken Bells : Disco des temps modernes

5 mars 2014

Après la sortie de son deuxième album, AFTER THE DISCO, au début 2014, Broken Bells a entamé une tournée qui a mené les membres du groupe jusqu’au Métropolis, mardi soir, où ils ont enflammé la foule.

broken2

 

Crédit : Jean-Simon Messier

 

Malgré de rares interactions avec les spectateurs, les gars de Broken Bells sont des bêtes de scène et ils savent donner un spectacle. D’abord, le chanteur James Mercer possède une voix surprenante, qu’il manie aussi bien qu’il joue de la guitare. Son acolyte, Brian Burton est un multi-instrumentiste des plus talentueux. Les deux musiciens qui les accompagnent le sont tout autant. Outre les impressionnantes performances vocales et musicales, le spectacle était soutenu par des projections brillamment réalisées, sur un décor simple, mais drôlement efficace, et des jeux d’éclairage carrément envoûtants.

Du indie rock à saveur disco, arrosé d’électro

Impossible de faire ressortir la meilleure pièce du spectacle. Bien que les gars commencent leur tournée, tout semblait extrêmement bien rodée. Le spectacle s’est amorcé avec la pièce Perfect World : un synthétiseur planant à souhait, une ballade douce et mélancolique et des arrangements électroniques des plus réussis. S’en suit The Ghost Inside, du premier album qui enflamme le public. Le duo enchaîne ensuite After the Disco (pièce titre du dernier album), Mongrel Heart, The Mall & Misery, The Angel and the Fool avant d’entonner Holding On for Life.

Avec cette pièce, James Mercer nous transporte aussi jusqu’à l’époque disco, au temps où les voix masculines haut perchées avaient la cote. Vous vous souvenez des frères Gibbs, les Bee Gees? Le chanteur joue habilement avec sa voix, qui passe savamment des graves aux aiguës. Pour l’accompagner, des arrangements modernes, électro rock à saveur pop.

broken

Crédit : Jean-Simon Messier

Les succès s’enchaînent et entraînent le public dans des univers différents, mais jamais bien lointains les uns des autres. Le groupe termine évidemment le spectacle avec la pièce qui les a fait connaître, The High Road, avant de revenir pour un rappel, au cours duquel ils interprèteront Citizen, Trap Doors et October.

Broken Bells en 3 points


Source: Site officiel de Broken Bells

1- Le groupe californien Broken Bells est composé du chanteur James Mercer, également chanteur et guitariste du groupe The Shins, et de l’artiste et producteur Brian Burton, aussi connu sous le pseudonyme Danger Mouse.

2- Les deux comparses se sont rencontrés en 2004 dans un festival de musique, après quoi ils ont commencé à collaborer sur différents projets. C’est en 2009 qu’ils décident de fonder le groupe.

3- C’est avec la chanson The High Road que le groupe se fait connaître, avant la sortie de son premier opus. Cet album éponyme comprendra plusieurs titres accrocheurs dont The Ghost Inside, October, Vaporize et Sailing to Nowhere. L’album AFTER THE DISCO, le deuxième de Broken Bells est sorti au début 2014. Le premier simple, Holding On for Life, est d’ailleurs très sympathique. On croirait y entendre les Bee Gees, version moderne.

Jean-Simon Messier (3 billets)

Véritable touche-à-tout, il porte un grand intérêt aux arts sous toutes leurs formes. La musique le fait vivre, la danse le transporte, la gastronomie le fait engraisser... Passionné de cuisine, foodie dans l'âme, il vous fera découvrir ses plus récentes trouvailles. Dépensant une grande partie de son salaire en billets de spectacle, il vous fera vivre les meilleurs shows en ville, comme si vous y étiez.

Laisser un commentaire

(requis)