4 oeuvres d’art public inaugurées cette année

22 décembre 2013

L’art public est une forme d’art très peu connue. Lorsque j’ai commencé à travailler sur la série Art Public, j’ai vite ressenti le besoin de faire connaître ces artistes qui créent pour embellir nos espaces publics. Lors du montage de la première saison, notre monteuse a réalisé qu’elle passait devant une des œuvres traitées chaque jour depuis 5 ans sans la remarquer. C’est ce qui m’a convaincue que je devais poursuivre cette série pour amener les gens à voir leur quartier avec un nouvel œil.

Dans le cadre du grand déballage culturel, j’avais envie de savoir combien d’œuvres avaient été inaugurées cette année. À ma surprise, il y en a plus de 200! Puisque je n’ai pas envie de battre le record du plus long billet de blogue, en voici quatre qui ont été inaugurées à Montréal cette année par nos partenaires du Bureau d’art public :

Kate&Nora, de Robert Wilson

Kate&Nora, de Robert Wilson

Inaugurée le 7 août 2013
À la Place Kate-McGarrigle, arrondissement d’Outremont
Auteure-compositrice-interprète montréalaise, Kate McGarrigle (1946-2010) chante le folk en duo avec sa sœur Anna, pendant plus de quatre décennies. Sur la place qui lui est dédiée, dans ce quartier où elle a résidé, une chaise double de l’artiste américain Robert Wilson lui rend un hommage discret. L’œuvre, qui reprend la forme du confident, invite à la rencontre et à l’échange, tout en référant à Nora, l’alter ego de Kate qui l’a suivie depuis l’enfance.

Carrefour,  de Francis Montillaud

Carrefour,  de Francis Montillaud

Inaugurée le 29 août 2013
À La Station, Île-des-Soeurs, arrondissement de Verdun
Carrefour, composée de 5 bustes en bronze déposés sur 5 socles en acier inoxydable, a la particularité d’avoir été réalisée avec la participation d’adolescents et d’adultes de plus de 50 ans qui fréquentent le centre communautaire de La Station. Ils interprètent diverses expressions distinctes, dont l’enthousiasme des adultes et la quiétude des jeunes.

La Bourrasque, de Gwenaël Bélanger

La Bourasque, de Gwenaël Bélanger

Inaugurée le 9 septembre 2013
À la Bibliothèque du Boisé, arrondissement de Saint-Laurent
La Bourrasque est constituée de formes en acier inoxydable légèrement dégagées du mur. Pour Gwenaël Bélanger, l’œuvre « montre un grand fatras où s’envolent pêle-mêle feuilles de papier, images, lignes, objets, lettres, chiffres, figures, dessins, etc. » L’artiste a imaginé cet instant poétique, où tout ce qui est contenu dans les différents documents de la bibliothèque s’échappe par l’ouverture de la chute à livres.


L’Étreinte, 
 de Luce Pelletier 

L'Étreinte, de Luce Pelletier

Inaugurée le 12 septembre 2013
Au parc Toussaint-Louverture, dans l’arrondissement de Ville-Marie

L’Étreinte, composée de six îlots disposés dans le parc de manière à créer un parcours, a la particularité unique d’avoir été créée avec la collaboration des résidents des Habitations Jeanne-Mance. Ces îlots sont formés de pierres de granit gravées, accompagnés de sculptures d’aluminium brossé. L’ensemble laisse voir des feuilles dans lesquelles sont découpés des motifs évocateurs des cultures qui cohabitent aux Habitations Jeanne-Mance. La courbure des tiges suggère une étreinte.

Pour le temps des fêtes, malgré la neige qui couvre nos parcs, jetez un coup d’oeil autour de vous lorsque vous marchez dans votre quartier… Vous pourriez découvrir de belles merveilles!

Source : Bureau d’art public de la Ville de Montréal | Crédit photo : Guy L’Heureux

Katherine Domingue (3 billets)

Celle qui assume fièrement ses racines saguenéennes est reconnue pour son talent de chasseuse d'ours et a étudié en production télé au Cégep de Jonquière.

Vos commentaires

  1. L’art public est signe de vitalité pour une communauté. Par exemple, lors d’un récent voyage dans les pays Scandinaves dont l’Islande, l’art public est omniprésent même dans les plus petite (et reculée) communautés.

    Celle réalisée pour le Centre de recherche du CHUM par Pierre Bourgault, sculpteur, et nommée Ayaraks six, est une pièce qui apporte de la lumière.

    Commentaire de y saindon

Laisser un commentaire

(requis)