De l’art autochtone au MAC

1 novembre 2013

 Beat_nation_tour_2Amodif1-620x349

Skeena Reece, Raven: On The Colonial Fleet, 2010 (Photo: Sebastien Kriete)

Quel lien unit l’art visuel, la musique et les peuples autochtones? Avec Beat Nation: Art, hip hop et culture autochtonele Musée d’art contemporain de Montréal donner une réponse à cette question. À l’affiche jusqu’au 5 janvier 2014, l’exposition dresse un remarquable portrait de l’influence de la culture urbaine sur la jeunesse autochtone actuelle.

Plus d’une trentaine d’oeuvres d’artistes d’origine autochtone sont présentées durant l’exposition. Parmi celles-ci,  on note le travail d’artistes comme Raven Chacon, Raymond Boisjoly, Jordan Bennett, ou encore Bear WitnessLe projet est une initiative originale du centre d’artistes Grunt à Vancouver. 

Screen shot 2013-10-29 at 2.26.47 AM

Crédit: Marie-Ange Zibi

D’entrée de jeu, des rythmes de musique urbaine accueillent le visiteur. L’espace du musée est occupé par plusieurs oeuvres allant des projections vidéos aux installations, en passant par des peintures, photographies et sculptures.

On observe plusieurs éléments récurrents:  le recours à la palette chromatique du rouge-noir-blanc-jaune, le discours politique, ainsi que l’utilisation du vidéo d’art comme langage artistique prédominant.

L’influence du hip hop est omniprésente à travers l’exposition. Des rythmes de style pow-wow sont perceptibles dans plusieurs oeuvres, notamment dans le vidéo d’art de l’artiste multimédia, DJ et cinéaste Bear Witness, Assimilate this! (2011). Ce style de musique traditionnelle se caractérise par l’utilisation de grands tambours pour créer du son. À travers la vidéo, Bear Witness se sert d’images tirées de films à succès hollywoodiens pour créer de nouveaux récits en écho à l’histoire des Autochtones. 

Screen shot 2013-10-29 at 2.27.09 AM

Eagle, Corey Bulpitt & Aime Milot (2013). Crédit: Marie-Ange Zibi

Les oeuvres présentées dans l’exposition réfèrent également à diverses disciplines rappelant la culture urbaine: planche à roulettes, vélos low-rider, tags, etc. Des artistes comme Corey Bulpitt et Aime Milot se sont notamment inspirés de l’art du graffiti pour créer l’oeuvre Eagle (2013). Cette peinture murale en noir, blanc et rouge représente un aigle – symbole distinct du peuple Haïda de la côte Nord-Ouest de la Colombie-Britannique.

La diversité des oeuvres présentées dans Beat Nation: Art, hip hop et culture autochtone est à l’image des revendications et des préoccupations sociales et politiques de cette nouvelle génération d’artistes autochtones. La dualité entre moderne et traditionnel, la recherche identitaire, et la forte influence de la culture hip hop rendent le tout intéressant autant d’un point de vue artistique que sociologique. Le déplacement en vaut largement la peine.

 Beat Nation: Art, hip hop et culture autochtone, du 17 octobre au 5 janvier 2014 au Musée d’art contemporain de Montréal.