Lorsque la bédé se fait journaliste

26 avril 2012


Samedi prochain à 21h, dans le cadre du spécial Toute une soirée de bande dessinée, ARTV présentera l’excellent documentaire La BD s’en va-t-en guerre (Comic books go to war) du réalisateur Mark Daniels, Prix du meilleur reportage à la 29e édition du Festival International du Film sur l’art.

Ce document fascinant se penche sur une tendance forte au sein des artisans du 9e art qui consiste à utiliser la bande dessinée comme un médium journalistique et documentaire.


The Long Road, Richard Johnson pour le National Post

Le comic book journalism compte à son actif des récits puissants signés par la plume inspirée et engagée d’auteurs talentueux tels que Joe Sacco (Footnotes in Gaza, roman illustré qui sera porté à l’écran par Denis Villeneuve), Art Spiegelman (Maus, Prix Pulitzer en 1992), Joe Kubert (Fax de Sarajevo), Marjane Satrapi (Persepolis, dont l’adaptation cinématographique a raflé le prix du jury au Festival de Cannes en 2007), Emmanuel Guibert (Le Photographe, Globe de cristal en 2007) et Keiji Nakazawa (Barefoot Gen / Gen le va-nu-pieds).


Planche de Footnotes in Gaza, Joe Sacco

Le Canada s’illustre également à ce chapitre avec le travail remarquable et remarqué de l’auteur québécois Guy Deslisle, lauréat, en janvier dernier, du Prix du meilleur album décerné par le prestigieux festival de la bande dessinée d’Angoulême pour son album Chroniques de Jérusalem (Fauve d’or).


Chroniques de Jérusalem, Guy Delisle

«Le dessin est formidable pour transmettre le choc et le traumatisme d’une situation» -Patrick Chapatte

J’ai eu l’occasion de voir ce documentaire l’automne passé aux Matinées du film sur l’art et j’ai grandement apprécié cette incursion sémiologique dans l’univers des bédéistes engagés, dont le travail fait souvent écho à celui des reporters de guerre à quelques exceptions près.

Les amateurs de bédé apprécieront l’analyse historique du médium, souvent qualifié à tort d’enfantin et superficiel, mais dont la puissance de frappe sur notre imaginaire en fait une arme redoutable pour décrire l’horreur, échapper à sa banalisation et mieux saisir les enjeux humains derrière chaque conflit mis en case par les documentaristes/journalistes du 9e art.


Captain America, créé par Jack Kirby et Joe Simon

Le BD journalisme travaille à l’émergence d’une conscience de la violence et de ses impacts solidement encrée dans le réel, contrairement au comic book tradionnel qui s’emploi essentiellement à glorifier l’héroïsme, faisant peu de cas des conséquences de la guerre, au sein de conflits intemporels et dépourvus d’un contexte historique.


Le Photographe, Emmanuel Guibert

La bédé possède le pouvoir mystique de restituer au récit de guerre son humanité. Tout en s’inspirant des autres médias (photographie, journalisme, montage vidéo, cinéma), la bande dessinée journalistique réussit un véritable tour de force qui élève le médium au rang des moyens nécessaires à la conservation de la mémoire des victimes, faisant de celle-ci un gage de paix et d’espoir pour les générations futures.

« La guerre, un massacre de gens qui ne se connaissent pas, au profit de gens qui se connaissent mais ne se massacrent pas. » -Paul Valéry

Si vous voulez mieux comprendre quelles sont les répercussions journalistiques, esthétiques et politiques que suscite la transcription en bédé des tragédies humaines dans les zones de guerre, ce documentaire vous plaira grandement et vous incitera sans doute à passer chez le libraire ou à aller jeter un coup d’oeil dans les conventions et sur les blogues spécialisés en bédé.

Avis aux intéressés du genre, le premier Festival BD de Montréal se tiendra du 1 au 3 juin prochain. La 25e édition du Festival de la bande dessinée francophone de Québec s’est clôturée en beauté le 15 avril dernier. Les gagnants et les finalistes des Prix Bédélys, qui récompensent la crème de la bédé d’ici,  sont également disponibles en ligne.


Magasin Général, Loisel et Tripp

Aussi au menu de ce spécial bande dessinée sur les ondes d’ARTV, vous pourrez aussi voir Loisel et Tripp, traits complices (22h15), un documentaire sur le travail unique de ces bédéistes oeuvrant en duo, et Contact avec Enki Bilal (23h15), entrevue passionnante qui trace un portrait de ce géant du 9e art.

La femme piège, Enki Bilal

Loisel et Tripp, traits complices (extraits)

BONUS : Le documentaire La BD s’en va-t-en guerre est disponible sur Amazon.fr, sur l’ARTEboutique et ARTE VOD.

ICI ARTV (214 billets)

L'équipe éditoriale d'ARTV rédige des billets liés à la programmation de la chaîne et aux événements organisés à l'ARTVstudio, mais également des billets à plusieurs mains, sur différents sujets.

Vos commentaires

  1. GÉNIAL!

Laisser un commentaire

(requis)